Dépasser le plastique. C’est l’ambition des chercheurs du MIT pour l’imprimante 3D. Ils sont parvenus à imprimer du verre pour créer des formes ambitieuses qui pourraient aider au déploiement de la fibre optique.

L’imprimante 3D se met au verre

Après l’alimentation, les prothèses et la podologie, l’imprimante 3D continue de diversifier ses possibilités. Dernière invention en date : celle des chercheurs du MIT. Ces derniers viennent d’inventer une méthode baptisée G3DP pour imprimer des formes complexes et précises en verre de la même manière que le plastique. En conséquence, ils ont pu imprimer des objets extrêmement fins et détaillés.

L’objectif des chercheurs du MIT ? Améliorer le déploiement de la fibre optique. C’est le prochain champ de recherche sur lesquels l’équipe du professeur Oxman va se concentrer : « Désormais on peut envisager l’impression de composants d’optoélectronique ou la possibilité de combiner la fibre optique pour la transmission de données dans des façades de verres pour les bâtiments » explique-t-il au magazine ArchDaily.

Car le principal débouché du procédé G3DP se situe dans le domaine architectural. Compte-tenu de sa précision, le dispositif permet d’imprimer des surfaces de verre avec des composants électroniques intégrés. Les chercheurs envisagent ainsi la possibilité de créer des panneaux solaires de cette manière. Malgré tout, ces derniers avouent que plus de recherches et d’essais sont encore nécessaires avant que les vitres faisant office de câbles de fibre optique fassent leur apparition. Autre champ d’application possible : la production plus rapide et plus facile de bouteilles de verre dans le retail et l’alimentation. En attendant les chercheurs vont exposer leurs créations au cours d’une exposition au Cooper Hewitt, Smithsonian Design Museum de New-York courant 2016.

 

Crédit image : © Chikara Inamura
Rédigé par Guillaume Scifo