La Commission européenne a invité aujourd'hui les États membres de l'Union européenne à accélérer le passage à la radiodiffusion et télévision numérique, qui offrent une meilleure qualité d'image...

La Commission européenne a invité aujourd'hui les États membres de l'Union européenne à accélérer le passage à la radiodiffusion et télévision numérique, qui offrent une meilleure qualité d'image et de son, une meilleure réception portable et mobile, davantage de chaînes de télévision et de stations de radio, et des services d'information perfectionnés.

Étant donné que la radiodiffusion et télévision numériques utilisent plus efficacement le spectre des radiofréquences, la Commission table sur la libération des ressources du spectre et sur une stimulation de l'innovation et de la croissance dans le secteur de la télévision et des communications électroniques.

Pour le passage au tout numérique, qui devrait être bien avancé d'ici 2010, la Commission a proposé l'année 2012 comme échéance pour l'arrêt total de la radiodiffusion et de la télévision terrestre analogique.

" Plus tôt le passage au numérique aura lieu, plus tôt nos citoyens et entreprises en profiteront. La coordination paneuropéenne de l'utilisation du spectre permettra à nos citoyens d'accéder à de nouveaux services combinant la téléphonie mobile et la radiodiffusion, tels que le diffusion mobile de données vidéo (« datacasting ») ou de contenu multimédia. La plupart des États membres de l'UE qui ont déjà décidé d'une date pour le passage au numérique ont choisi l'année 2010. Six autres ont choisi 2012 au plus tard", a déclaré Viviane Reding, le commissaire européen à la société de l'information

Première de la classe, la Finlande devrait être passée au tout numérique en 2008. L'échéance 2010 a été choisie par l'Autriche, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, Malte et la Suède. Enfin, la Belgique, la Grèce, la Slovénie, la Slovaquie, le Royaume-Uni et la Hongrie ont porté leur choix sur 2012. Restent 12 états membres, dont la France fait partie, qui n'ont pas encore précisé la date idéale d'extinction du signal analogique...

La Commission estime aujourd'hui à quelque 20 millions d'unités par an le seul marché communautaire des récepteurs numériques de télévision.

(Atelier groupe BNP Paribas - 24/05/2005)