L'université anglaise croit au pouvoir de l'image pour améliorer ses techniques d'apprentissage. Dans ce cadre, elle développe de nouvelles applications visuelles au sein d'un laboratoire.

L'université anglaise croit au pouvoir de l'image pour améliorer ses techniques d'apprentissage. Dans ce cadre, elle développe de nouvelles applications visuelles au sein d'un laboratoire.
 
Les images parlent mieux que les mots, estime l'université de Nottingham. Selon des recherches effectuées par les équipes de l'école, l'image joue en effet un rôle important dans le processus d'acquisition d'informations et de concepts parfois complexes. La vidéo favoriserait également la motivation. C'est pourquoi l'institution développe au sein de son Visual Learning Lab de nouvelles applications comme des appareils communicants, des technologies d'apprentissage mobiles et des environnements virtuels. Celles-ci, toutes basées sur l'image, sont destinées à améliorer les techniques d'enseignement. Plus de seize écoles, instituts et départements de l'université bénéficient déjà des dispositifs développés par le laboratoire.
 
Des méthodes d'enseignement saisissantes
 
Ceux-ci s'appliquent à de multiples domaines comme les sciences biomédicales, l'informatique, la médecine et la science vétérinaires, la psychologie ou encore l'humanitaire et la géographie. Et leur utilité n'est pas des moindres. Du côté de la vidéo, la School of Veterinary Medicine and Science (SVMS) a installé un immense écran dans le laboratoire de dissection afin de permettre aux étudiants d'assister en direct à des opérations pour leur permettre d'acquérir plus rapidement certains réflexes et informations. L'école d'infirmiers, pour sa part, a introduit la vidéo dans les hôpitaux et les instituts de soins pour donner à ses étudiants la possibilité de suivre au jour le jour le travail des infirmiers et les différents types de soins.
 
Plus interactif, la School of American and Canadian Studies a mis en place un laboratoire pour la conception de films virtuels. Celui-ci permet aux étudiants de combiner les recherches théoriques et historiques avec la pratique, grâce à des techniques proches de celles utilisées par les professionnels. L'école de géographie a lancé le projet "Learning landscapes", qui utilise la visualisation en 3D et l'interactivité pour mettre au point un paysage virtuel suffisamment fidèle pour être exploré par les élèves. La School of Chemical, Environmental and Mining Engineering, quant à elle, dispose d'un sous-marin à une place relié au monde extérieur grâce à des dispositifs audio et vidéo. L'appareil est utilisé par les étudiants comme un moyen de développer leur capacité à prendre des décisions et à avoir l'esprit d'équipe.
 
Enfin, la School of Biosciences, utilise désormais un microscope électronique unique qui capture les images en temps réel. Cette technique apporte une aide importante pour l'étude de la structure des cellules végétales.
 
Captiver par l'image
 
"Les nouvelles technologies permettent désormais aux conférenciers et aux étudiants d'accéder en un clic à de multiples et fantastiques images. Le Virtual Learning Lab travaille sur ces nouvelles opportunités pour transformer l'apprentissage, souvent rébarbatif, en quelque chose de captivant et de stimulant", souligne le professeur Roger Murphy, co-directeur du VVL. Cette initiative vise également à répondre aux attentes des étudiants, actuels et futurs, qui se montrent toujours plus à l'aise avec les technologies numériques interactives. Pour mettre sur pied son laboratoire, l'université a bénéficié de la somme d'1,8 million de livres par la Higher Education Funding Council for England.
 
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 25/07/2007)