Alors que YouTube vient de mettre en place un système permettant de repérer les vidéos protégées par droits d'auteur mises en ligne sans autorisation, plusieurs ayants droit montent au créneau...

Alors que YouTube vient de mettre en place un système permettant de repérer les vidéos protégées par droits d'auteur mises en ligne sans autorisation, plusieurs ayants droit montent au créneau contre la célèbre plate-forme communautaire. Raison invoquée: le site ne compte proposer sa solution qu'aux producteurs et autres sociétés propriétaires de contenus avec qui il a signé des accords.
 
En clair: la plate-forme ne filtrera dans les vidéos des internautes que les fichiers protégés provenant des sociétés ayant accepté de lui fournir légalement du contenu. Chantage ou procédure légale? Selon YouTube, ce procédé d'identification des contenus protégés n'est pas automatisé, et demande la coopération des médias partenaires.
 
Mais pour plusieurs producteurs comme Viacom, le groupe propriétaire de MTV Networks, cette situation est jugée "inacceptable". D'autant que le principal rival de YouTube, MySpace, a récemment annoncé mettre son propre système de filtrage gratuitement à disposition.
 
Début février, Viacom avait exigé le retrait de 100 000 vidéos protégées présentes sur YouTube et avait refusé de signer tout accord avec la plate-forme. Aujourd'hui, le groupe confirme son hostilité aux pratiques du site communautaire. La popularité du site pourrait-elle le faire changer d'avis?
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 21/02/2007)