La musique en ligne est prête à envoyer les traditionnels CD au musée. Une étude du cabinet Forrester qui vient de se pencher sur l'état de la musique en ligne en Europe, indique que les...

La musique en ligne est prête à envoyer les traditionnels CD au musée. Une étude du cabinet Forrester qui vient de se pencher sur l'état de la musique en ligne en Europe, indique que les téléchargements légaux représenteront 36 % de l'ensemble du marché musical à l'horizon 2011, soit 45 milliards d'euros de ventes environ. De quoi combler le vide laissé par la régression attendue des ventes de disques.
 
Actuellement, la musique en ligne ne représente que 3 % du total des ventes musicales... Mais, selon le cabinet, entre 2006 et 2011, l'Europe va connaître un véritable engouement pour le téléchargement musical, pendant que la vente sur les supports physiques perdront 30 % de leur valeur, passant de 9,1 milliards d'euros à 7 milliards en 2011.
 
Forrester Research souligne l'évolution du comportement des consommateurs de musique, qui en rajeunissant deviendront de plus consommateurs de téléchargement légaux, mais aussi en privilégiant les "singles" au albums. L'engouement des consommateurs pour le téléchargement, implique aussi un véritable boom de l'achat et de l'utilisation des lecteurs de musique portables et des téléphones mobiles avec accès Internet.
 
L'optimisme du rapport a tout de même des limites. Forrester conclut donc son rapport en invitant les fournisseurs de musique en ligne à "tout mettre en œuvre pour simplifier le téléchargement musical et réduire le coût". Cela vise en première ligne les questions d'interopérabilité... Outre l'absence actuelle de standardisation des formats de téléchargement qui reste un problème, la "flexibilité des services et la tarification concurrentielle" sont aussi citées comme objectifs à tenir pour l'explosion de ce marché.
 
(Atelier groupe BNP Paribas -29/03/2006 )