regarder les premiers programmes, il fallait une grande motivation : les six premières heures d'émissions ont été diffusées par trois bus spéciaux de la RATP et par une vingtaine de "points de récep...

regarder les premiers programmes, il fallait une grande motivation : les six premières heures d'émissions ont été diffusées par trois bus spéciaux de la RATP et par une vingtaine de "points de réception collective". François Manceaux, son créateur, aimerait qu'elle soit diffusé gratuitement par les câblo-opérateurs et les bouquets satellites, mais aucun pour le moment n'a donné son accord pour l'héberger. Les téléspectateurs, dans ce cas, doivent pour la recevoir être câblés ou équipés du satellite, et rechercher la chaîne sur un nouveau canal. TCC sera en effet diffusée "en marge" des canaux déjà programmés. Par ailleurs, comme le reconnaît le producteur "Nous ne sommes pas conformes aux normes de la télévision traditionnelle". Effectivement, même si le concept idéaliste est séduisant, la qualité n'est pas encore là. TCC tout en souhaitant que ses téléspectateurs ne paient rien pour la recevoir, compte sur leur générosité pour la faire fonctionner. La chaîne vivra sur un système de redevance privée "pour atteindre notre budget de fonctionnement évalué pour un an à 50 millions, nous avons besoin d'une participation citoyenne de 41 millions et de 9 millions de publicités". Ainsi, le compte est bon si 20 000 personnes offrent 300 F par an à la chaîne et 70 000 associations, 500 F chacune. Lorsque tous ces obstacles auront été levés, la chaîne proposera chaque jour des thèmes différents : comprendre, imaginer, partager, vivre, s'échapper, s'ouvrir, créer. Les sujets seront articulés autour de trois espaces successifs "la proximité citoyenne", "l'investigation" et "la création et le divertissement". Les professionnels de TCC réaliseront 70 % des émissions, le reste proviendra d'initiatives citoyennes. Une première diffusion sera effectuée entre 18 h et minuit avec une reprogrammation dans des tranches d'horaires différents les trois jours suivants. Son lancement est prévu pour la fin de l'année. (Libération - 20/06/1997)