Les consommateurs sont de plus en plus nombreux à s'estimer sensibles aux marques qui sont présentes sur le web social. La présence de réclames n'est pas non plus vue comme une nuisance.

Les médias sociaux confirment leur dimension marketing

Près de 15 % des Américains présents sur les réseaux sociaux se disent plus enclins à acheter des produits ou services liés à des marques qui mènent des opérations publicitaires sur les plates-formes communautaires. Voilà ce qu'explique une étude menée conjointement par Knowledge Networks et MediaPost Communications. Ce qui correspond à plus de trente millions de personnes, précisent les consultants. De plus, un cinquième des personnes interrogées reconnaissent être plus à même de s’intéresser à une marque lorsque celle-ci accroît sa présence sur le web social. "Quand on sait par ailleurs que les sites de partage concernent un nombre exponentiel de personnes, les marketeurs gagneraient à les considérer autrement que comme un simple lieu d’écoute", notent les analystes.

La publicité globalement acceptée

Autre point intéressant de l’étude : les utilisateurs américains estiment que la publicité est le prix à payer pour pouvoir profiter pleinement des sites communautaires et de ce qu’ils proposent. Près de 60 % sont de cet avis. Les personnes consultant les médias sociaux depuis leur téléphone portable étant les premières à se joindre à cette opinion (70 %). Un tiers d’entre elles se disant aussi plus proches des marques présentes sur ces plates-formes collaboratives. 40 % des mobinautes affirment que la plupart des publicités qui s’affichent par ce biais sur leur smartphone sont pertinentes et "répondent à leurs besoins et intérêt".

Un usage croissant de la part des Américains

Dans le détail, l’étude revient aussi sur l’usage global par les Américains des médias sociaux. Plus de 80 % y sont présents, sachant que ce chiffre était inférieur à 70 % en 2009. "Les marketeurs peuvent s’attendre à augmenter leur impact auprès des utilisateurs de mobile", explique Chuck Martin, responsable de l’étude. "Alors que plus de personnes adoptent les smartphones, les opportunités vont aller croissant pour les annonceurs qui cherchent à augmenter leur audience", développe-t-il. L’étude a été menée auprès de plus de 2 200 Américains, âgés de 13 à 80 ans.

Rédigé par Basile Segalen