Le rapport 2001 World E-Commerce and Internet Market (WECIM) de la société de conseil et d’analyses en technologie de l’information, Meta Group, mesure le potentiel et le niveau de préparation au e-...

Le rapport 2001 World E-Commerce and Internet Market (WECIM) de la société de conseil et d’analyses en technologie de l’information, Meta Group, mesure le potentiel et le niveau de préparation au e-commerce de 47 pays en se fondant sur les indicateurs suivants de la nouvelle économie: volume de transactions financières engendré, niveau de culture et d’éducation, marché potentiel, pratiques de globalisation et degré de sophistication technologique. La Suède, l’Australie, le Danemark, l’Irlande et la Nouvelle Zélande font partie des dix premiers pays classés. D’après le WECIM, les cinq premiers pays dans la catégorie transactions financières (nombre de cartes de crédit émises par personne et par an et dépense effectuée par ce mode de paiement) sont l’Islande, le Luxembourg, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et le Canada, dans la catégorie niveau de culture et d’éducation (capacité à répondre aux besoins d’information d’une économie concurrentielle), la Finlande, l’Australie, le Canada, l’Islande et les Etats-Unis, dans la catégorie marché potentiel (niveau de vie et ventes au détail), les Etats-Unis, la Finlande, l’Islande, le Canada et Taiwan, dans la catégorie globalisation les Pays-bas, Hong Kong, la Finlande, l’Irlande et la Suède et enfin dans la catégorie degré de sophistication technologique (nombre d’ordinateurs et de connexions Internet) les Etats-Unis, la Finlande l’Islande, le Canada et Taiwan. Le rapport constate que les Etats-Unis et le Canada sont les meilleurs pays pour initier un projet de e-commerce et de marketing sur Internet. Les pays d’Europe du Nord ont adopté la technologie et le e-commerce plus rapidement que les pays d’Europe du Sud. Les pays scandinaves, le Royaume-Uni, l’Irlande, la France et l’Allemagne obtiennent de bons résultats dans les transactions financières en ligne, la sophistication technologique, l’éducation et la culture économique. Les pays d’Europe du Sud comme l’Espagne, le Portugal et la Grèce ne sont pas bien classés. Cette plus lente croissance du e-commerce s’explique par le climat, la pauvreté, la résistance culturelle aux technologies de l’information et le manque de capital risque. L’Asie présente des résultats divers selon les pays. La Corée du Sud et la Malaisie progressent sur le plan économique et constituent un bon terrain d’investissement en terme de e-commerce, malgré la crise économique que traverse le Japon. L’Australie et la Nouvelle Zélande ont de bonnes perspectives. Leurs «netizens» (citoyens du net) sont bien éduqués, de haut niveau technologique, prêts à dépenser de l’argent sur le net. De nombreux pays d’Amérique Latine sont handicapés par la pauvreté et le manque d’infrastructure technologique. Le Brésil pourrait toutefois devenir un pays propice au e-commerce très prochainement. Le Venezuela, l’Argentine et la Colombie doivent tout d’abord égler des problèmes économiques plus pressants avant de s’intéresser au e-commerce et aux technologies de pointe. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 17/05/2001)