Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) publie mercredi un rapport de 170 pages portant sur l’émergence de sites Internet anti-arabes depuis 1999, et plus ...

Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) publie mercredi un rapport de 170 pages portant sur l’émergence de sites Internet anti-arabes depuis 1999, et plus particulièrement sur ceux qui évoluaient autour de liberty-web.net entre janvier 2001 et janvier 2003, comme sosracaille.org. Des « alliances entre l’extrême-droite classique et des extrémistes se réclamant du judaïsme » seraient à l’origine de ces sites racistes.

450 000 messages auraient été échangés en deux ans via ces sites Internet, au nombre d’une trentaine, tous ouverts par les mêmes individus. Le MRAP affirme avoir identifié leur principal responsable. Fermés en mars 2003, ces sites sont réapparus sous de nouveaux noms, regroupés sur le portail frema (France en marche) le même mois. Les personnes ayant essayé de protester contre ces messages racistes ont vu leur nom accolé à des écrits qui n’étaient pas les leurs, pour essayer de les diffamer.

Le président de « J’accuse… action internationale pour la justice » (AIPJ), une association anti-raciste dont le sigle a été détourné par l’un de ces sites anti-arabe, a réagit avec un certain scepticisme face au rapport du MRAP. Marc Knobel estime que « tant qu’on n’a pas arrêté les auteurs, on n’est sûr de rien, n’importe qui peut créer son site Internet, il y a environ 600 sites Internet juifs, comment prouver que aipj.net est d’origine juive ? ».

(Atelier groupe BNP Paribas – 17/07/2003)