L’utilisation des appareils mobiles et le m-commerce connaissent une croissance certaine mais la navigation sur support mobile n’apparaît pas encore comme optimale.

La navigation et le commerce sur mobile, bilan mitigé

Chaque année, l’Adobe Digital Index (ADI) s’intéresse aux modes de consommation des Américains, et pour 2014, l’étude met en lumière la progression du m-commerce, ou l’acte d’achat à travers un appareil mobile. L’e-commerce globalement ne ralentit pas sa croissance puisque les ventes en ligne devraient, de 2013 à 2014, augmenter de 30% pour atteindre 1,5 milliard de dollars en 2014 d’après eMarketer. L’achat en ligne se fait toujours majoritairement à travers un ordinateur, en démontre le taux de 80% des sondés de la dernière étude Nielsen sur le e-commerce, qui choisissent ce support pour effectuer un achat. Néanmoins, le mobile se place à la deuxième place puisque 44% des sondés préfèrent ce support à la tablette, récoltant les faveurs de 31% des sondés.

Autrefois cantonné au showrooming, c’est-à-dire se rendre en magasin pour consulter un produit mais comparer les prix et l’acheter plus tard en ligne sur ordinateur, le mobile et plus précisément les smartphones, deviennent un support de prédilection pour effectuer des achats à distance. Selon l’ADI, les prédictions des ventes en ligne pour fin novembre 2014 aux Etats-Unis - période la plus fructueuse pour les commerçants américains, comprenant Thanksgiving, Black Friday et Cyber Monday - font état d’une croissance de 21% des ventes sur mobile, correspondant à 31% des ventes globales lors de Thanksgiving.

Commerce sur mobile, encore des efforts à faire pour convaincre les consommateurs

Même si la croissance du commerce sur mobile continuera de progresser - eMarketer prévoit un taux de pénétration mondiale de 69,3% des mobile en 2017 (en 2013 il était de 61,1%) - les entreprises et leurs marques ne considèrent pas encore le m-commerce comme un enjeu dans leur stratégie. D’après l’étude "State of Mobile Commerce in 2014" de Forrester par Sucharita Mulpuru, l’expérience d’achat sur mobile (smartphone et tablette) n’est pas encore optimale pour les consommateurs puisque le taux de conversion sur mobile est seulement de 0,6%, contre 2,2% sur ordinateur en 2013 pour les distributeurs américains. L’étude précise que les mobiles ne sont utilisés en majorité que pour effectuer des achats à moins de 50 dollars, tandis que pour des achats plus importants, c’est encore l’ordinateur qui est préféré.

À la réponse, "pourquoi n’achetez-vous pas sur un appareil mobile ?" les 228 sondés, détenteurs d’un smartphone, ont répondu à 67% que l’écran du smartphone était trop petit et les 89 sondés détenteurs d’une tablette ont répondu à 43% que l’utilisation d’un ordinateur était plus confortable. La question de la confidentialité des données est aussi importante car presque la moitié des sondés invoque la peur de stocker des informations financières sur un mobile comme un frein à l’achat. Malgré la croissance inévitable du m-commerce, le support de consultation et l’expérience d’achat ne sont pas toujours suffisamment avancés pour optimiser le commerce sur mobile.

Rédigé par Eliane HONG
Journaliste