semestre 2000. Secodip publie régulièrement le bilan des campagnes des annonceurs liés au web en confrontant les données de ses bases Plurimédia et AdNetTrack. Depuis juin 1999, les annonceurs du...

semestre 2000. Secodip publie régulièrement le bilan des campagnes des annonceurs liés au web en confrontant les données de ses bases Plurimédia et AdNetTrack. Depuis juin 1999, les annonceurs du web et d’Internet ont fait leur entrée en Presse, Télévision, Radio, Affichage et Cinéma. Au 1er septembre 2000, ils ont signé près de 5 % des spots TV, 6 % des insertions presse et 10 % des spots radio. Au 1er semestre, ils représentaient 1 322 références liées au web et à Internet, contre 884 seulement sur l’ensemble de l’année 1999. Sur les six premiers mois de 2000, leurs investissements publicitaires dans les 5 grands médias traditionnels se sont élevés à plus de 3 milliards de F, contre 1,6 milliard en 1999. Ce sont surtout les sites web qui ont multiplié les campagnes, représentant les 2/3 des investissements publicitaires du 1er semestre. Ils ont ainsi investi en publicité 8,7 fois plus au 1er semestre 2000 (soit 2 milliards de F) par rapport à la même période de 1999. Les sites financiers en ligne ont investi 528 millions de F au 1er semestre 2000, les sites de distribution/enchères/achat groupé/guides d’achat 456 millions de F, les portails généralistes et les moteurs de recherche 268 millions de F. Les annonceurs du web et d’Internet investissent toujours en priorité dans la presse: 44 % au 1er semestre 2000, (contre 56 % en 1999). Viennent ensuite la télévision 27 %, contre 21 % en 1999, la radio 17 % (16 % en 1999) l’affichage en forte progression 11 %(6 % en 1999) et le cinéma 1 % (identique à 1999). Parallèlement, depuis juin 1999, l’investissement publicitaire sur les sites n’a cessé de croître. Secodpi a ainsi observé la multiplication des nouvelles bannières. Le rythme est passé de 1 000 à plus de 3 000 nouveaux bandeaux codifiés chaque mois entre juin 1999 et juin 2000. Selon Secodip, Internet devrait être consacré 6ème grand média en 2000, à un niveau d’investissements publicitaires bruts comparable à celui du cinéma. 20 000 bannières pour 3 000 références actives ont été identifiées au 1er semestre 2000, soit 28 références par site en juin, contre 20 références par site en décembre 1999 et 6 références par site en janvier 1999. 4 secteurs réalisent 74 % des insertions Il s’agit essentiellement des télécoms (36 %), de la distribution (14 %), des services (13 %) et de la bureautique-informatique (11 %). (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 04/10/2000)