Depuis son lancement en 2013, le bracelet connecté, Tactilu, entend rendre possible le transmission de contact physique entre deux individus, même séparés géographiquement.

Les objets connectés travaillent à la transmission du toucher à distance

C'est bien la simultanéité qui est en jeu dans le succès de technologies telles que Skype, Viber, Whatsapp ou encore Snapchat et ce afin de mettre fin à la distance entre les individus. Toutefois, depuis quelques années déjà, de nombreux projets, notamment d’objets connectés, fleurissent pour aller encore plus loin et rendre possible l'aventure à deux même quand les intéressés sont très éloignés l'un de l'autre. C'est le cas du projet Tactilu à l'initiative du collectif polonais panGenerator en partenariat avec Cheil, qui entend retranscrire la sensation de toucher grâce à des capteurs.

Concrètement comment cela fonctionne ? Un bracelet au bras de chacun, dont la partie supérieure est recouverte d'une bandelette connectée à des capteurs. La personne passe son doigt sur le bracelet comme elle le ferait avec tendresse sur le bras de son partenaire. Les capteurs enregistrent le mouvement effectué et son intensité. Le bracelet du partenaire se met alors à reproduire en un mouvement tactile, la sensation du toucher originellement créé. Les données du mouvement sont transmises via la connexion internet du smartphone des porteurs de Tactilu, le bluetooth se charge ensuite de mettre en relation le smartphone et le bracelet.

Plus généralement, les designers de panGenerator travaillent sur l'intégration du toucher dans les technologies de la communication, soit autant de nouvelles manières d'interagir.

 

 

Et ceci n'est pas sans rappeler les découvertes prometteuses de chercheurs de l'université de Sussex qui ont permis d'établir un lien entre les émotions et les différentes zones de la main. La chercheuse se réjouissait en effet d'ouvrir le champ aux innovations qui rendront possible le transmission d'émotions par le toucher entre personnes géographiquement éloignées.  

Mais les évolutions offertes par ce type d’avancées technologiques pourraient avoir des impacts bien plus larges. « Dans un futur assez proche, nous serons certainement en mesure de créer des expériences média convaincantes et aux multiples facettes, comme des téléviseurs en 9 dimensions, ou des jeux vidéos qui évoqueront des émotions à travers le goût », explique le Docteur Marianna Obrist, qui a initié les recherches.

Au delà, de nouvelles expériences d’interactions qui sollicitent nos 5 sens, le champ d’application de ces découvertes pourraient se porter sur les personnes souffrant de handicaps. « A plus long terme, nous pourrons explorer comment les expériences multi-sensorielles peuvent aider les personnes avec des handicaps sensoriels, [...] comme les troubles du goût », souligne encore la chercheuse, dont l'équipe vient tout juste de recevoir une dotation d’1 million d’euros du Conseil européen de la recherche pour poursuivre leur travaux et étendre le champ au goût et aux odeurs.  

Rédigé par Pauline Canteneur