dans les prochains jours, cet appareil devrait permettre d'abolir l'une des limites actuelles de la photo numérique, celle de la mémoire. Effectivement, dans leur grande majorité, les appareils disp...

dans les prochains jours, cet appareil devrait permettre d'abolir l'une des limites actuelles de la photo numérique, celle de la mémoire. Effectivement, dans leur grande majorité, les appareils disponibles actuellement ne permettent pas de prendre plus de vingt photos sans devoir être "déchargés" dans un ordinateur. Bien que les cartes mémoires interchangeables pour PC de type PCMCIA aient augmenté la capacité des boitiers numériques, elles sont encore très chères (plus de 1 000 F). La carte mémoire spécifique du C820-L d'Olympus coûtera elle moins de 400 F. Développée par Siemens et Philips pour équiper des dictaphones, la Smart Media Card pourra contenir 24 photos à haute résolution (800 000 pixels) et 99 photos à basse résolution. Compatible avec les PC, elle pourra être déchargée dans n'importe quel micro-ordinateur relié à l'appareil photo par un câble. Le C820-L sera commercialisé aux alentours de 8 000 F. Jusqu'à présent, Olympus détient 20 % du marché des 900 000 appareils numériques vendus dans le monde. Avec 28 % de part de marché en Europe, il arrive juste derrière Casio tombé à 29 %. Le numérique représente en Europe 15 % des ventes d'appareils photo d'Olympus (hors périphériques. Misant toujours sur les compacts traditionnels, mais en délaissant un peu le nouveau standard APS, Olympus espère pour les cinq ans à venir que la demande de numérique doublera annuellement "Cette position de contre-pied nous a permis de passer au début de l'année numéro un des ventes en valeur en France devant Minolta et Canon". L'an dernier, les filiales européennes ont réalisé un record de résultats de 19,5 millions de marks. Ayant ouvert deux nouvelles filiales en Hongrie et en Pologne, Olympus poursuit son expansion en Europe de l'Est (en 1996-1997, 60 millions de marks de chiffre d'affaires environ). Olympus Europe table pour l'exercice en cours sur un chiffre d'affaires de 1,3 milliard de marks et un bénéfice stable. (Les Echos - 26/06/1997)