Beaucoup de professionnels du secteur en France expliqueraient ne pas utiliser au mieux les outils de marketing direct dont ils disposent.

Les outils de marketing direct pas assez bien utilisés ?

 La panoplie d'outils de marketing direct ne serait pas suffisamment utilisée à bon escient par les marketeurs français. C’est le constat réalisé par Zebaz, qui vient de publier une étude sur le sujet. En effet, aujourd'hui, les responsables marketing déclarent avoir une utilisation mixte entre nouvelles technologies et moyens plus traditionnels : le téléphone (50,2%) arrive en tête, suivi des réseaux sociaux (37,8%), de l’envoi d’e-mail (36,4%) ou encore des salons (34,9%). Mais si 68% estiment que leur entreprise détient un rapport privilégié avec ses clients, il semblerait que les outils ne soient pas toujours bien utilisés, notamment pour la mise à jour et la pertinence des bases de données.

Un abus du mail ?

Ainsi, l'étude indique que les entreprises abuseraient du mail, qu'elles considéreraient toujours comme leur moyen de communication favori. En moyenne, 6,6 campagnes par mois contre 2-3 d’après Frédéric Pichard, PDG et fondateur de Zebaz qui estime "qu’au-delà de ce nombre, cela peut s’apparenter à du spam". Ce qui en résulte une perte d’efficacité et un taux d’ouverture peut élever.

Plus de contenu

Si 69% estiment que la qualité d'une campagne d' e-mailing se joue via la qualité de la base de données, seuls un peu plus de 42% annoncent la remettre à jour régulièrement. Et quand 60% jugent que l'autre ingrédient du succès est le contenu, seuls 56% trouveraient en disposer qui soit de qualité. Enfin, si les réseaux sociaux sont plutôt bien utilisés, ils sont 66% à ne pas capitaliser dessus pour accroitre leur base. A noter que cette étude doit être remise dans son contexte : c’est à dire publiée par un éditeur d'une base de données de décideurs actualisée.