Des chercheurs mettent depuis trois ans les techniques de robotique au service des pianos. Le but: obtenir un toucher de clavier adaptable mais réaliste...

Des chercheurs mettent depuis trois ans les techniques de robotique au service des pianos. Le but: obtenir un toucher de clavier adaptable mais réaliste.
 
Faire varier la résistance des touches d'un piano en fonction de l'âge de l'artiste, passer en un clin d'œil du piano au clavecin à partir d'un même clavier. Telles seraient les principales applications des recherches menées depuis trois ans par une équipe de chercheurs.
Celle-ci réunit le laboratoire de mécanique des solides (LMS) de Polytechnique et le laboratoire des interfaces sensorielles du Commissariat à l'énergie Atomique (CEA).
 
Un vrai problème pour les spécialistes de la robotique
 
Le groupe de travail dispose pour l'instant d'un prototype de clavier à une touche, et prépare actuellement une maquette à cinq notes. Comme le précise un des chercheurs, imiter le toucher nécessite de comprendre le fonctionnement d'un clavier classique, ce qui n'est "pas un problème de robotique tout à fait trivial". Une touche résulte en effet de l'assemblage "d'une dizaine de pièces résultant de trois degrés de liberté principaux et trois autres éléments auxiliaires...". La résolution du problème passe par un levier sur pivot qui pousse une petite lame dans une cavité étanche. Cette cavité contient elle un fluide magnéto-rhéologique.
 
Des particules capables de s'organiser en frein
 
Ce dernier comprend des particules qui ont la propriété, selon le LMS, de s'organiser sous l'action d'un champ magnétique. L'assemblage crée de petites tours qui vont freiner l'entrée de la lame dans le liquide. Le toucher pourra donc varier en fonction du champ magnétique appliqué au système. Les chercheurs sont assez confiants quant à la mise en production de leur système. Ce, de part le faible coût des composants du dispositif.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 22/06/2007)