de Beaune est sur Internet. Comme chaque année, la vente aux enchères de Vins des Hospices de Beaune, 139è du nom, va avoir lieu le troisième dimanche de novembre. Remontons un peu le cours de l'...

de Beaune est sur Internet. Comme chaque année, la vente aux enchères de Vins des Hospices de Beaune, 139è du nom, va avoir lieu le troisième dimanche de novembre. Remontons un peu le cours de l'histoire. Si l'Hôtel-Dieu est propriétaire viticole depuis les premières années de sa fondation, la vente de ses vins ne s'est développée qu'au fil du temps. Les vins des Hospices faisaient l'objet d'une vente à l'amiable jusqu'à la révolution, avant que la procédure de soumission cachetée ne lui soit substituée. C'est en 1820 que l'institution décide de procéder par vente aux enchères publiques. Après un début relativement difficile, ces ventes ne cessent de connaître un vif succès. Mais cette année, l'édition 1999 marque un tournant dans l'histoire de cet évènement. En effet, pour la première fois, la pièce exceptionnelle et 300 bouteilles seront proposées à la vente à des acheteurs qui se seront inscrits par Internet. Tout le processus de vente des bouteilles se fera via Internet sur la plate-forme de vente aux enchères de la société Aucland. Pour participer à cette vente, rendez-vous sur le site http://www.aucland.fr ou les 150 lots sont déjà en vente et ce jusqu'au dimanche 21 novembre. Pour la pièce exceptionnelle, un Meursault Genevrières Cuvée Baudot, vous pouvez vous inscrire via Internet et participer avec la salle à cette enchère dont le bénéfice sera intégralement reversé à l'association France Alzheimer. A titre d'indication, 577 pièces, soit 473 tonneaux de vin rouge et 104 de vin blanc, ainsi de des pièces d'eau de vie et de Fine de Bourgogne ont été présentées à la vente de la 138è vente aux enchères en 1998. Le montant total des ventes s'est élevé à 25 043 916 F. La vente de la pièce exceptionnelle a atteint 300 000 F. Le record historique est toujours détenu par un Pommard Cyrot-Chaudron vendu 2 200 000 F en 1985 ! A vos portefeuilles ... (Christine Weissrock - Atelier Paribas)