Le projet de fusion de Canal Plus et BSkyB suscite bien des inquiétudes en France. Hier Catherine Trautmann, le ministre de la Culture, a plaidé pour une position ferme, refusant que Rupert Murdoch,...

Le projet de fusion de Canal Plus et BSkyB suscite bien des inquiétudes en France. Hier Catherine Trautmann, le ministre de la Culture, a plaidé pour une position ferme, refusant que Rupert Murdoch, le PDG de News Corp et le principal actionnaire de BSkyB, ne prenne pied en Europe occidentale. Bien qu'ayant tenu informé jour après jour les pouvoirs publics de leurs discussions avec Rupert Murdoch, Canal Plus et son actionnaire principal Vivendi n'ont réussi jusqu'à présent qu'à susciter l'agacement et la méfiance de Matignon. Mais les pouvoirs publics ne sont pas les seuls à s'inquiéter. L'ART et la SRF, les sociétés de réalisateurs, ont dès lundi manifesté leur hostilité à un projet qui menace, selon eux "la liberté de création, celle de l'information et la souveraineté culturelle". La principale organisation des acteurs de l'audiovisuel, l'Uspa, a également pris hier à partie le gouvernement pour qu'il s'oppose "impérativement à une telle fusion" en rappelant que Rupert Murdoch "est le principal pourfendeur des réglementations européenne et française en matière de télévision, de cinéma et de presse". Pour tenter de calmer le jeu, Pierre Lescure, le PDG de Canal Plus, rappelait hier, dans un entretien à Libération, que les discussions n'en sont qu'au stade préliminaire. C'est, selon lui, Rupert Murdoch qui a pris l'initiative de proposer un rapprochement "pouvant aller jusqu'à la fusion entre Canal Plus et BSkyB", hypothèse qui lui semble "une des voies les plus évidentes pour constituer cette major européenne de niveau mondial (...) dont Canal Plus par sa présence dans 11 pays peut constituer le socle". Il a présenté la fusion comme "un moyen de contenir Murdoch", d'autant que "la partie française aurait la position de premier actionnaire et Murdoch serait diminué de près de moitié dans BSkyB". Enfin, il a évoqué "l'hypothèse de créer une vraie société européenne comme le nouvel Airbus". Affaire à suivre .... (les Echos - Le Figaro - La Tribune - 03/03/1999)

__________________________________________________________________

Christine Weissrock GIE Atelier de veille technologique e-mail: cweissrock@atelier.fr 00 01 30 07 50 38 Fax. 00 01 30 07 50 39 Dirigé par Jean-Michel Billaut, l’Atelier, cellule de veille technologique de Paribas, dispose d’un BBS (le Babillard de l’Atelier) ouvert gratuitement à ses abonnés, d’un Web (http://www.atelier.fr) et organise des ateliers pour ses abonnés. Jean-Michel Billaut dirige également la publication du “Journal de l’Atelier” vendu par abonnement, diffusé par les Editions La Pérouse. L’abonnement à ce journal donne accès aux ateliers. (Pour obtenir un spécimen, merci d’en faire la demande à Danièle Pellemeule ( 00 01 45 01 72 96 e-mail dpellemeule@atelier.fr).

La revue de presse française que nous éditons sur le Babillard de l’Atelier est pour l’instant libre de droit. Merci de nous informer de vos diffusions et d’indiquer la source.