millions de dollars ont été investis par les annonceurs américains en publicité en ligne de préférence sur les sites Web les plus fréquentés plutôt que sur les services en ligne comme AOL ou CompuSe...

millions de dollars ont été investis par les annonceurs américains en publicité en ligne de préférence sur les sites Web les plus fréquentés plutôt que sur les services en ligne comme AOL ou CompuServe dont l'accès est réservé aux seuls abonnés. C'est ce qui ressort d'une étude publiée hier par Cowles-Simba Information. Selon ce rapport, en l'an 2000, les dépenses publicitaires devraient atteindre 2,57 milliards de dollards, mais si l'on compare aux recettes publicitaires de la presse écrite (38 milliards de dollars en 1996), Internet reste encore un média marginal. Pour cette année, Simba estime que les dépenses publicitaires devraient s'établir à 538,2 millions de dollars, dont 446,2 millions iront directement vers les sites accessibles sur le Web, les sites spécialisés en informatique et en haute technologie étant ceux qui attirent le plus la publicité. Néanmoins, les publicités grand public commencent à apparaître depuis que les femmes utilisent davantage Internet. De plus en plus d'annonceurs sont attirés sur les sites réservés aux sports et au charme. Selon Simba, 55 % des dépenses publicitaires réalisées sur le Web s'effectuent à ce jour sur dix sept sites consacrés essentiellement à l'informatique ou aux outils de recherche sur Internet. Les services en ligne, en perte de vitesse, déjà dédaignés vont avoir de plus en plus de mal à attirer ces investissements. Au premier trimestre 1997, les services en ligne n'ont progressé que de 6,6 % pour atteindre 27,6 millions d'abonnés (25,9 millions fin décembre). (Les Echos - 09/06/1997)