La firme spécialisée dans les médias, ZenithOptimedia, vient de rendre publique son étude sur les prévisions trimestrielles du marché publicitaire. Selon elle, la part...

La firme spécialisée dans les médias, ZenithOptimedia, vient de rendre publique son étude sur les prévisions trimestrielles du marché publicitaire. Selon elle, la part d'Internet ne cesse de croître. La part de publicité investie dans Internet a déjà dépassé celle investie dans l'affichage au niveau mondial. Et cette année, la part de marché devrait aller au-delà des 10% au Royaume-Uni (12,9%) et en Suède (10,5%).
 
En 2006, la télévision a investi 158.982 millions d'euros en publicité, la radio 35,323 millions et l'Internet 24,091 millions. Selon ZenithOptimedia, qui table sur une augmentation de la publicité sur le Net de 84% entre 2005 et 2008, la Toile devrait prochainement générer une part de publicité plus importante que celle de la radio.
 
Cette croissance s'explique majoritairement par le fait que la publicité en ligne est conduite par les petites marques qui privilégient Internet pour faire paraître leurs réclames, ce canal étant relativement bon marché. Pour le cabinet en effet, cette situation est "une opportunité pour les petits annonceurs qui peuvent accéder à la publicité à un coût attractif et avec un ciblage et une mesure du ROI inégalée".
 
Les grands annonceurs sont encore discrets sur la toile. ZenithOptimedia évalue à 3,5 % la part de marché des gros médias sur Internet en 2005. Une nette évolution de ce chiffre est cependant attendue, les marques ayant constaté la visibilité que leur offre Internet. Une croissance de 6% est espérée cette année, suivie par une de 5,4% en 2007 et de 5,9% en 2008.
 
Les pays qui tireront la croissance devraient être, non pas l'Europe (4,3%) ni les Etats-Unis (4,6%), mais l'Asie, avec une prévision de 7,5% par an de 2005 à 2008. Et en Russie, la croissance sera de 117%.
 
Quels sont les secteurs qui investissent sur Internet? Pour le cabinet, "la palme d'or revient aux Télécoms qui auront progressé de 55% de 2001 à 2005. Seule la catégorie Automobile fait presque aussi bien (49%) mais cela est surtout dû aux campagnes promotionnelles de destockage dans certains pays".
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 04/10/2006)