Les bannières publicitaires en ligne parviennent à capter le regard, et à susciter une réaction émotionnelle de la part des consommateurs.

La publicité en ligne attire l’attention des internautes

Les publicités online parviennent à capter l’attention des internautes, mais aussi à les toucher directement, note l’OPA (Online Publishers Association) dans une étude menée avec Innerscop Research  sur l’efficacité publicitaire sur Internet. Selon les résultats mis en avant par l’association, plus de 90 % des personnes ayant participé à l’enquête ont remarqué les bannières publicitaires dans les dix premières secondes où elles se sont connectées au site Internet qui hébergeait ces réclames. Plus intéressant : près des trois quarts des participants ont généré une réaction émotionnelle plus forte lorsqu’ils ont observé la publicité que lorsqu’ils parcouraient le reste de la page Internet.

Revenir sur les réclames, après dix secondes

"En moyenne, il faut 0,6 secondes aux internautes pour remarquer le panneau publicitaire sur la page du site sur lequel ils naviguent", précisent les analystes. Les deux tiers des personnes interrogées (67 %) ont non seulement vu une première fois les réclames en se connectant au site, mais sont retournés la voir après avoir passé une dizaine de secondes à consulter d’autres contenus sur la page Web. Et en moyenne, les participants ont regardé 15 fois la bannière publicitaire tout au long de leur navigation. Autre chose : la publicité en ligne est plutôt bien perçue par les personnes interrogées. Celles-ci ont en effet attribué une note moyenne de 6.3 sur 9 aux réclames qui leur étaient proposées.

Trois sites éditoriaux étudiés

Point important : l’étude a porté sur trois principaux sites américains : CNN, msnBC, et The New York Times. Tous les participants (au nombre de cent, au total) devaient se rendre sur chacun de ces sites, et leurs réactions émotionnelles étaient mesurées par des systèmes biométriques développés par Innerscope. Un dispositif de eye-tracking permettant par ailleurs de suivre leur regard sur les pages Web. L’étude ne précise pas, en revanche, le nombre de clics des internautes, ni leur intention d’achat.