Bien que les chiffres annoncés par les experts soient différents, ceux-ci sont tous d'accord sur un point : l'Amérique a pour la première fois effectué massivement ses achats de Noël en ligne. Sel...

Bien que les chiffres annoncés par les experts soient différents, ceux-ci sont tous d'accord sur un point : l'Amérique a pour la première fois effectué massivement ses achats de Noël en ligne. Selon le Boston Consulting Group, le chiffre d'affaires du commerce électronique grand public réalisé en 1998 s'élève à 13 milliards de dollars et parie sur une fourchette de 30 à 40 milliards pour 2000. Pour Marketing Corporation of America, le chiffre d'affaires réalisé pendant les fêtes s'élève à près de 5 milliards de dollars. L'Institut Interpublic, pour sa part, annonce pour cette même période un chiffre d'affaires de 8,2 milliards de dollars. Enfin, selon AOL, ses membres ont dépensé en novembre et décembre 1,2 milliard de dollars en ligne. Bien qu'Internet soit devenu le plus grand magasin du monde, l'importance du "cybershopping" demeure toutefois modeste puisqu'il ne représente toujours que 1 % des achats de détail des ménages américains et 3 % durant les fêtes. Mais cela démarre. John Chambers, le patron de Cisco, prévoit que le quart du commerce mondial sera effectué sur Internet d'ici à 2010. Pour l'ensemble de l'année, BCG évalue la part des produits informatiques à un tiers, suivis de loin par les voyages et les produits culturels. Le profil diffère légèrement durant la période des fêtes. Les derniers jours avant Noêl ont représenté la période la plus chargée. La semaine record du 14 au 20 décembre a vu un chiffre d'affaires en ligne de près de 400 millions de dollars selon BizRate. Selon NetRatings qui mesure le trafic sur les sites Internet, cinq des quinze sites commerciaux les plus visités durant la semaine précédant Noël sont dédiés à la vente de livres ou de disques compacts (Amazon, Music Boulevard, Barnes & Nobles, CDNow et Columbia House). Après les librairies en ligne, les sites de cadeaux divers dominent (cartes de voeux, parfums, chocolats, fleurs ...) suivis par ceux des distributeurs informatiques. Les dépenses des internautes augmentent également. Selon Zona Research, les cyberclients auront dépensé en moyenne pour les fêtes l'an dernier, 629 dollars en ligne, contre 216 en 1997. Les acheteurs de plus de 50 ans sont ceux qui dépensent le plus. La tranche des 35-44 ans a effectué la plus grande portion des achats de Noël en ligne (le tiers). Quant aux hommes, ils sont sur-représentés dans les tous derniers jours avant Noël.

Jupiter Communications lance cependant un cri d'alarme. Effectivement, si 74 % des "cybershoppers" sont contents de l'expérience, c'est toutefois 14 points de moins qu'en juillet dernier. Les ruptures de stock pour cause de succès inattendu, les coûts d'expédition trop élevés, la lenteur des sites et quelques bavures au niveau des retours d'après-fêtes sont les grands fautifs. Là aussi, les chiffres divergent puisque Visa parle de 98 % d'acheteurs satisfaits. (L'Usine Nouvelle - 28/01/1999)