La téléportation est l’un des plus grands fantasmes humains. S’il apparaît encore utopique en réalité, la start-up Mimesys étudie le projet et met l’interactivité au cœur de sa proposition de valeur.

Réalité virtuelle et augmentée au service de l’interactivité et du lien social ?

Alors que les mondes virtuels deviennent réalité, voilà que la réalité s’invite dans les mondes virtuels. La jeune start-up franco-belge a mis au point Mimesys, une technologie qui permet aux utilisateurs de se scanner entièrement pour s’intégrer virtuellement dans une application de réalité virtuelle ou augmentée. Une caméra de profondeur, de type Kinnect,  reliée à l’application, élabore un véritable hologramme en 3D de la personne, directement importable sur toutes les plateformes supportant Unity, le célèbre moteur de jeu. Une “avatarisation” d’un réalisme révolutionnaire qui pourrait bien bouleverser l’univers des jeux vidéo, mais pas uniquement. Les réseaux sociaux se sont déjà saisi du phénomène il y a 2 ans, comme Mark Zuckerberg avec Facebook. La téléportation virtuelle dépasse ainsi le cadre de la simple expérimentation immersive en permettant de faire interagir les hologrammes 3D de multiples utilisateurs en direct.

 

 

Un rempart contre l’individualisation des expériences des réalités virtuelle et augmentée qui amène à repenser le secteur. Plusieurs projets innovants sont nés de l’utilisation de Mimesys.  EpiphanyVR  par exemple propose de partager un concert live en VR ou, plus impressionnant encore,  AR Skype qui permet, ni plus ni moins, de se téléporter virtuellement en live chez un autre utilisateur.  Un moyen révolutionnaire de rester proche des gens qu’on aime et de pénétrer en temps réel des univers autrefois impénétrables. Près des yeux, près du cœur.

 

 

 

 

Rédigé par Théo Roux
Journaliste