Ces deux secteurs voient l'arrivée de nouveaux investisseurs. La publicité sur mobile, bien que minoritaire, n'est pas en reste.

La recherche sur Internet et le visuel, segments préférés des annonceurs en ligne

Le marché de la publicité en ligne se porte bien en France. Selon une étude de Capgemini Consulting, réalisée en collaboration avec SRI et Udecam, ce secteur aurait pesé en 2011 plus de 2,5 milliards d'euros, enregistrant ainsi une croissance de 11% par rapport à l'année dernière. La progression devrait d'ailleurs se poursuivre en 2012 avec une hausse estimée à 8%. Premier segment plébiscité massivement par les annonceurs, la recherche sur Internet avec 42% de parts de marché et une croissance des investissements de 11% en 2011. Une bonne santé qui s'explique par l'augmentation des requêtes sur les moteurs de recherche, notamment sur mobile. La création d'outils permettant d'automatiser l'identification des mots clefs les plus efficaces pour des promotions, l'amélioration des publicités au niveau visuel et du nombre de liens ainsi que le lancement d'offres à destination des annonceurs locaux sont également des facteurs de croissance identifiés.

Des investissements motivés par la santé du e-commerce

Pour ce qui est de la publicité "display", l'étude observe une hausse de 14%. Ce segment se trouve stimulé notamment par la percée de la publicité vidéo en streaming, l'émergence du multi-écrans ainsi que l'intégration de contenus interactifs. Les marques ont également renforcé leur présence sur les réseaux sociaux par ce biais avec la création de communautés d'ambassadeurs, chargés d'en faire la promotion. Le secteur de l'affiliation (+ 15%) profite quant à lui du dynamisme du e-commerce et du couponing ainsi que l'investissement massif d'industries comme la grande consommation ou l'automobile. Il pâtit néanmoins de la baisse du pouvoir d'achats des ménages et de l'essoufflement du marché des jeux en ligne. Les comparateurs de prix progressent aussi (+ 9%) tant ils sont désormais un passage obligé pour la plupart des e-commerçants. La croissance est néanmoins plus faible qu'espérée, notamment à cause de la crise du secteur des voyages due aux révolutions du "printemps arabe".

La publicité sur mobile : tendance à la hausse

Enfin, le segment de la publicité mobile enregistre la plus forte augmentation des investissements avec +37% par rapport à 2010 (mais seulement 37 millions d'euros). Les facteurs sont multiples avec, par exemple, la hausse du nombre d'internautes mobiles (18,3 millions en 2011 contre 13,7 millions un an auparavant). La montée en puissance d'annonceurs traditionnels sur ce support et l'intérêt de secteurs comme le luxe, la beauté ou l'automobile entrent également en ligne de compte, tout comme le renouvellement des offres mobiles. Ce segment a permis le développement du marché des annonceurs locaux, attirés par la création de sites internet dédiés et la possibilité d'effectuer des campagnes géolocalisées, de couponing et online to shop. Une tendance qui devrait se confirmer en 2012 car la France tentera vraisemblablement de rattraper son retard sur d'autres pays européens en matière de publicité en ligne et d'équipements. L'année devrait également voir le développement des plates-formes d'achat et de vente d'espaces publicitaires.