Pour vendre un produit, il faut intégrer aux solutions de conseil un mécanisme qui présente aussi les biens en fonction des opportunités d'achat que cela constitue pour le consommateur au moment où il fait ses emplettes.

La recommandation tient compte des goûts mais aussi du contexte d'achat

Afin d'optimiser les recommandations de produits sur les sites sociaux, les algorithmes ne doivent pas se limiter aux interactions et affinités entre les internautes. Mais aussi présenter les produits en les valorisant dans un contexte favorable, affirme un chercheur de l'institut des technologies de Géorgie. Le modèle mathématique qu'il propose, baptisé de CCF (pour "collaborative competitive filtering"), prend en considération non seulement les graphiques de similarités entre l'internaute et les autres membres du réseau, mais aussi des facteurs comme le prix des produits qui lui sont présentés et les opportunités que cela représente à ses yeux.

Combiner collaboration et compétition

Le but étant de proposer une approche à la fois globale - quels sont les produits qui correspondent le plus à l'utilisateur, en fonction des liens qui l'unissent aux autres membres de la plate-forme. Et locale - comment organiser les produits qui lui sont présentés de la meilleure des façons -, explique le chercheur. En pratique, l'individu se connecte à une plate-forme sociale : un site qui recommande des films, par exemple. Le système lui propose alors un certain nombre de choix personnalisés, baptisés d'"opportunités" par le chercheur, et les dispose sur l'interface. L'utilisateur peut sélectionner un ou plusieurs produits, et effectuer une action par rapport à ceux-ci : cliquer sur un lien, louer un film, lire les critiques, acquérir le bien, etc.

Prendre en compte la manière dont les produits sont agencés

Le dispositif analyse ce comportement, en observant les produits qu'il sélectionne et ceux qu'il délaisse. Cela afin d'optimiser le contexte de présentation. Les produits proposés à l'utilisateur, au fur et à mesure de sa navigation, correspondent ainsi à ceux avec lesquels il a le plus de chances d'interagir étant donné les premiers choix effectués. Et les dispose de façon à augmenter les opportunités d'interaction. "Cela suppose d'introduire la notion de 'compétition' entre les produits proposés à l'utilisateur", explique le scientifique.