Enjeux sécuritaires, interruption dans la navigation, refus du tracking et envie d’intimité. La lassitude, enfin. Les raisons d’utiliser des ad-blockers ne manquent pas sur le Web. Une startup essaye de réconcilier le trio éditeurs – publicitaires et ad-blockers.

Réconcilier publicitaires et adeptes du ad-blocking

Plus qu’une tendance, réalité d’une pratique.  L’utilisation d’ad blockers par les internautes est en forte croissance : 30% de hausse mondiale, 615 millions de dispositifs anti-pubs dénombrés, 236 millions d’utilisateurs sur ordinateur et une perte de près de 22 milliards de $ en 2015, et de 41 milliards en 2016. Les manques à gagner sont dommageables pour tous. Pour les publicitaires, pour les éditeurs de contenus, dont la principale ressource repose sur ces recettes. Pour les internautes en personne, puisque l’amplification du phénomène pourrait mettre un terme à la gratuité du Web.

 La startup Sourcepoint, voudrait se poser en médiateur. Sourcepoint est une plateforme conçue comme  espace de dialogue entre consommateurs et éditeurs de contenus pour que tous puissent comprendre les véritables enjeux de l’ad-blocking, et instaurer une relation triangulaire plus saine.  La start-up aide les médias à repenser leur business-model pour mieux se monétiser. Comme un menu à la carte, les internautes ont le choix, selon leurs affinités, entre un abonnement, un paiement au coup par coup, où le visionnage d’une publicité par défaut, ou celle encore d’un contenu personnalisée en fonction du parcours média de l’internaute.  Plusieurs solutions de compensation couplées à une meilleure communication est la plus-value de la société. Face à ces choix, 90% des internautes acceptent le visionnage de la publicité par défaut. 9% la publicité personnalisée et 1% acceptent de sortir leur porte-monnaie. La plateforme propose également ses propres contenus sponsorisés par la publicité. A terme, elle ambitionne de devenir le « Spotify du digital content. » selon Ben Barokas, son fondateur.

Face à l’ad-blocking, la stratégie du dialogue et de la réconciliation est intéressante à plusieurs égards face aux stratégies existantes : de la plus stricte restriction au contenu (Forbes) à la publicité allégée, la start-up américaine va un plus loin en dressant un parcours publicitaire à l’image du parcours-utilisateur de l’internaute. En tout cas, la publicité n’a pas fini de se métamorphoser : du mobile, aux drones, en passant par les icones de bureau, et les spots TV.

Rédigé par Laura Frémy
Journaliste