Pour l'UFC-Que Choisir, l'ouverture à la concurrence du marché des renseignements téléphoniques est un "vrai fiasco". L'association dénonce les tarifs élevés et l'"opacité des prix" pratiqués par les numéros en 118...

Pour l'UFC - Que Choisir, l'ouverture à la concurrence du marché des renseignements téléphoniques est un "vrai fiasco". L'association dénonce les tarifs élevés et l'"opacité des prix" pratiqués par les numéros en 118.
 
L'ouverture à la concurrence des services de renseignements téléphoniques n'a pas de quoi rendre les consommateurs français heureux. L'association UFC - Que Choisir a en effet constaté que les tarifs pratiqués par les nombreux prestataires en 118 ont "flambé" depuis le lancement de ces numéros en avril 2006, en lieu et place de l'historique numéro 12.
 
Quel que soit le 118 testé, l'UFC - Que Choisir a constaté que le prix du renseignement s'établit, au minimum, à 1,12 euro, contre 90 centimes pour le 12, devenu depuis le 118 711, "soit une augmentation de 25% pour une qualité de service similaire".
 
Des prix prohibitifs et des tarifs peu explicites
 
Les consommateurs les plus lésés sont sans conteste ceux qui composent les numéros en 118 à partir de leur téléphone mobile. Le coût d'un renseignement est alors compris entre 1,54 et 2,15 euros. Ainsi, l'association française a constaté que les prix affichés ne correspondent pas au coût réel du service. Si la mise en relation est gratuite, la communication qui s'ensuit est surtaxée à 0,11, 0,22 ou 0,34 euro par minute selon les opérateurs.
 
Ainsi, l'UFC - Que Choisir souligne l'"opacité [...] la plus totale sur le service de base" et les "[...] pièges tarifaires absolument invisibles sur les services associés". Et d'ajouter : "Alors que tous les opérateurs avaient promis de modérer et de stabiliser leurs prix, tous, en catimini, font supporter aux consommateurs des hausses de prix à répétition".
 
L'UFC - Que Choisir demande à l'Arcep de trancher
 
L'association invite alors les consommateurs à se tourner vers l'ancien numéro 12 de France Télécom, aujourd'hui le 118 711: le prix du renseignement est fixé à 90 centimes, que l'appel provienne d'un fixe ou d'un mobile. Quant à la mise en relation, celle-ci revient à 15 centimes, sans surcoût éventuel. Par ailleurs, l'UFC - Que Choisir appelle l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) à "faire le ménage". L'Autorité a déjà mis en place un site Internet recensant toutes les informations utiles concernant les nouveaux services de renseignement téléphonique.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 18/07/2007)