En cas de catastrophes naturelles ou d'urgence, le site de microblogging est de plus en plus utilisé pour transmettre des informations. Avec parfois quelques dérives.

Responsabiliser les utilisateurs de Twitter est essentiel en cas d'urgence

Qu’il s’agisse du tremblement de terre, de la catastrophe nucléaire au Japon ou encore des inondations en Australie, Twitter a récemment démontré son utilité en cas de crise grave. C’est ce qu’ont voulu montrer des chercheurs de l’université japonaise de Kobe, qui soulignent notamment que « lors de la catastrophe japonaise, Twitter était l’un des seuls moyens de communication qui fonctionnait encore juste après la catastrophe ». Pour autant, leurs travaux révèlent que les internautes l’utilisent parfois mal, surtout en ce qui concerne les hashtags. 

Parier sur les hashtags officiels

C’est pour cette raison qu’ils recommandent en cas d’urgence au gouvernement et aux grands médias traditionnels de créer plus rapidement et en plus grand nombre des hashtags officiels. Ils soulignent également que le flux de tweets post-catastrophe est tellement important qu’il est parfois impossible d’analyser le vrai du faux et de remonter ainsi efficacement l’information aux services d’urgence. Les chercheurs mettent l’accent sur un problème de fiabilité des tweets mais surtout des retweets, et en appellent à plus de responsabilité de la part des utilisateurs.

Contrôler le flux

Les chercheurs proposent également de limiter le nombre de retweets possibles sur les hashtags officiels en cas d’urgence. Un garde-fou permettant d'éviter une vague de désinformation. Ils remarquent un autre phénomène: dans les zones épargnées, les internautes avertissent de leur bonne santé, tandis que ceux des zones sinistrées appellent à l’aide, avec un nombre de tweets échangés aussi important dans les zones touchées que dans les zones épargnées. Ce qui pose un problème de sélection de l’information.  Il faudrait alors, selon les chercheurs, trouver un système qui trie le flux pour donner la priorité aux tweets de ceux qui ont besoin de secours.