du milliard de F. Selon l’étude annuelle IAB – PricewaterhouseCoopers, conduite en France pour la 4ème année consécutive, le marché de l’e-pub a enregistré une croissance de 134 % par rapport au m...

du milliard de F. Selon l’étude annuelle IAB – PricewaterhouseCoopers, conduite en France pour la 4ème année consécutive, le marché de l’e-pub a enregistré une croissance de 134 % par rapport au montant des revenus bruts 1999, avec 1,209 milliard de F nets investis en 2000. Pour la première fois, les revenus publicitaires sur Internet, déclarés et certifiés par les régies, ont été pour 2000 mesurés en net. 90,6 % des revenus de l’e-pub proviennent de la vente d’espaces publicitaire, 8,3 % de l’échange marchandise. Par ailleurs, 92,6 % des montants investis sont issus d’une rémunération au CPM (coût pour mille), 6,8 % du modèle de rémunération mixte (CPM et performance). La rémunération à la performance, modèle typiquement anglo-saxon, semble ne pas s’imposer en France. Elle ne représente en effet que 0,6 % des revenus de l’e-pub en 2000. Le bandeau, représentant 76,7 % du montant total de l’e-pub en 2000 (87 % en 1999), demeure le format publicitaire le plus utilisé. Le sponsoring voit, quant à lui, sa part augmenter de 10 % à 12,6 % entre 1999 et 2000, l’e-mail, les publi-rédactionnels, la co-production de contenus et autres voient leur part grimper de 2 % à 10,7 %. Les nouveaux médias (32 % du total) et la VPC (15 %) sont les deux premiers secteurs annonceurs en 2000. La part de la VPC a été multipliée par 2,5 en un an. Le secteur bancaire représente 11 % du montant de l’e-pub en 2000, les acteurs du voyage-tourisme-transport 5 % et les télécoms 4 %. Les 46 secteurs répertoriés ont tous investi en 2000 dans le média Internet. On a également assisté en 2000 à l’arrivée d’annonceurs de l’économie traditionnelle sur le média Internet. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 06/04/2001)