Après que Cable & Wireless ait choisi la semaine passée la plate forme de Network Computer (filiale commune d'Oracle et de Netscape), pour lancer son accès numérique à Internet sur le câble (voir la...

Après que Cable & Wireless ait choisi la semaine passée la plate forme de Network Computer (filiale commune d'Oracle et de Netscape), pour lancer son accès numérique à Internet sur le câble (voir la revue de presse du 13/03), Microsoft vient d'annoncer qu'il choissisait BT pour expérimenter dès la fin du mois son Web TV au Royaume-Uni. Steve Perlman, le président de WebTV Networks, s'est félicité "le Royaume-Uni est à la pointe de la transition entre l'analogique et la télévision numérique. Cette expérimentation va nous permettre d'obtenir une ouverture importante sur ce marché clef avec BT qui est un des principaux fournisseurs britanniques d'accès à Internet et aux services de télécommunications avancés". WebTV Networks, filiale de Microsoft, a developpé le terminal Internet WebTV permettant de recevoir Internet sur son écran de télévision, en partenariat avec Pace Micro Technology et Philips Electronics. Aux Etats-Unis, le système compte déjà près de 300 000 abonnés. John Swingewood, directeur de la branche multimédia de BT explique "nous voulons développer de nouveaux services multimédias au Royaume-Uni en combinant la technologie avancée du Web-TV avec notre service BT Internet". BT Internet (plus de 150 000 abonnés) est le second fournisseur d'accès à Internet sur le marché britannique derrière Demon. Aujourd'hui, quelque 1,8 million d'ordinateurs personnels sont connectés à Internet en Grande-Bretagne. Selon BT, le marché des décodeurs numériques intégrant un service d'accès à Internet pourrait atteindre dans cinq ans 3,5 millions d'unités et en 2010, 14 millions. Après avoir obtenu le feu vert de Bruxelles, en association avec BSkyB, Midland Bank et Matsuhista, BT devrait lancer, d'ici à la fin de l'année, un service d'accès rapide à Internet dans le cadre du bouquet de services interactifs de British Interactive Broadcasting. (Les Echos - 24/03/1998)