Nous vous précisions dans la Lettre du 22 septembre que VeriSign, société gestionnaire des .com et .net, avait mis en place un service de reroutage, lorsque les internautes tapent une adresse ...

Nous vous précisions dans la Lettre du 22 septembre que VeriSign, société gestionnaire des .com et .net, avait mis en place un service de reroutage, lorsque les internautes tapent une adresse erronée en .Com ou .net, vers son site de recherche en ligne Site Finder, sans aucun accord préalable de l’Icann, instance régulatrice de ce domaine de l’Internet. L’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann) s’est finalement exprimée sur ce sujet particulièrement sensible.

Elle a donc demandé à VeriSign, déjà sous le coup d’une plainte pour la mise en place de ce service, de suspendre son activité jusqu’à ce que « les différents comptes-rendus en cours soient établis ». Mais la société incriminée semble ne pas vouloir céder à ces injonctions, malgré les nombreuses réactions des acteurs du secteur qui critiquent particulièrement le fait que des liens commerciaux se trouvent sur Site Finder, le mettant en concurrence directe avec les moteurs de recherche commerciaux.

Le bureau chargé de l’architecture Internet au sein de l’Icann considère pourtant que les « wildcards DNS [systèmes similaire à celui mis en place par VeriSign] ne devraient pas être exploités dans un domaine à moins que l’opérateur du domaine ait une compréhension claire des risques induits, et qu’ils ne devraient pas être pris sans le consentement des entités chargées de la gestion des sous-domaines ». Apparemment, VeriSign ne s’est guère inquiété de ces conditions.

(Atelier groupe BNP Paribas – 24/09/2003)