par les auditeurs américains. Dans son premier rapport “Emerging digital economy”, le département américain du Commerce indique que les ventes réalisées via Internet en 1997 se sont élevées à 3,2 ...

par les auditeurs américains. Dans son premier rapport “Emerging digital economy”, le département américain du Commerce indique que les ventes réalisées via Internet en 1997 se sont élevées à 3,2 milliards de dollars et devraient dépasser à la fin de 2002 les 300 milliards de dollars. Mais pour cela, le commerce électronique doit apporter un niveau de garantie équivalent au commerce traditionnel. Des progrès sont donc à réaliser au niveau de la sécurité, en particulier concernant l’intégrité de la transaction, la protection du mode de paiement et les informations relatives à la personne. Un quart seulement des internautes se déclarent prêts à acheter aujourd’hui dans le cyberespace. Pour rassurer les clients potentiels, les commissaires aux comptes américains, les CPA, réunis au sein de l’AICPA, viennent de lancer le service “Web Trust”. Comme l’explique Linda Dunbar de l’AICPA “l’objectif n’est pas de réguler le commerce électronique. Mais les marchés sont plus efficaces lorsqu’ils ont un bon niveau d’information. Nous souhaitons offrir au consommateur la possibilité de savoir avec qui il effectue une transaction et dans quelles conditions”. Le “Web Trust” est un sceau, apposé sur le site Internet d’une entreprise vendant ses produits en lignes. Ce sceau garantit au consommateur l’audit par un CPA de la société, assure que le paiement par carte de crédit est sécurisé et que toutes informations données par le consommateur ne seront pas divulguées auprès de tiers.

Pour obtenir le logo “Web Trust”, l’entreprise doit s’impliquer en termes financiers et en organisation. Aucun coût n’est communiqué pour l’obtention de ce sceau, l’AICPA indiquant d’emblée “que ce service n’est pas bon marché. Nous encourageons les sociétés à ce qu’elles considèrent Web Trust comme une dépense marketing. C’est un investissement profitable: les entreprises doivent le considérer comme tel”.

Pour offrir le logo Web Trust à leurs clients, les auditeurs doivent être habilités par l’AICPA. 70 CPA ont obtenu la certification au cours du premier semestre. 1 500 demandes d’habilitations étaient enregistrées en juillet. L’entreprise intéressée par ce logo doit s’adresser à un auditeur titulaire de la licence. Après s’être assuré que les engagements de l’entreprise en matière de sécurité et de confidentialité sont tangibles, le CPA va examiner, durant deux mois, le site Internet et les pratiques de la société. Périodiquement, le CPA réévaluera son opinion. Si une entreprise ne se conforme pas strictement aux critères de WebTrust, elle perd l’usage du sceau.

Par ailleurs, l’AICPA a passé un accord avec VeriSign, société spécialisée dans la signature électronique sur Internet et la cryptologie des documents. Pour s’assurer de l’ identité de l’entreprise et de la réalité de la sécurisation des paiements par Internet, VersiSign opère son propre contrôle du site commercial du Web de l’entreprise. (La Tribune - 04/09/1998)