Compter les voitures rouges, apprendre le numéro des départements, jouer à Tetris, suivre les bornes sur le long des routes départementales, jouer au portrait… : autant de passe-temps d'un autre âge pour les passagers des automobiles de demain...

Compter les voitures rouges, apprendre le numéro des départements, jouer à Tetris, suivre les bornes sur le long des routes départementales, jouer au portrait… : autant de passe-temps d'un autre âge pour les passagers des automobiles de demain. Désormais, télévision, DVD, jeux en réseau meubleront la traversée de la France des joyeux estivants ! Voici un rapide panorama des nouveautés qui peupleront l'automobile du futur !
La télévision en voiture : une échéance très floue
A quand nos programmes préférés sur le dossier du passager avant ? Nous avons demandé son avis à Gérard Pousset, directeur marketing de Dibcom, une jeune société française spécialisée dans la fabrication de puces pour les futurs usages mobiles de la télévision numérique terrestre. En France, le lancement de celle-ci est prévu pour mars 2005.
On ne peut pas dire que le marché soit très en avance… Mais à la première émission de la TNT, les automobilistes qui s'ennuient dans les embouteillages pourront profiter des programmes télévisés à l'intérieur de la voiture. Le système est très simple : un écran bien sûr, un décodeur (dont le prix semble baisser) et un système capable de recevoir les signaux de la TNT via deux antennes.
Grosso modo, la technique est prête, mais la TNT ne l'est pas ! Pour suivre un programme sur les autoroutes françaises, il faudra attendre encore quelques temps.
Mais alors, qu'allons-nous préférer ? La télévision sur des écrans insérés dans l'habitacle de la voiture, ou la télévision en réception sur nos appareils mobiles (téléphones, PDA, ordinateurs portables). Il s'avère que ce choix est culturel : tandis que les Européens opteront plus volontiers pour l'écran encastré, les Asiatiques, eux, sont friands de la télévision portable ! Leurs téléphones 3G en apportent déjà la preuve.
A voir : la présentation multimédia de Dibcom sur la réception mobile de la TNT
http://www.dibcom.net/us/jc_news.htm
Les DVD en voiture, c'est déjà aujourd'hui
Là, rien de nouveau : ce qui pouvait paraître comme une révolution il y a quelques années n'étonne plus aujourd'hui. Même si on ne peut parler d'une généralisation, tout un chacun peut se faire l'idée de la visualisation d'un DVD sur un écran plat incrusté à l'arrière d'un fauteuil de voiture, d'un appuie-tête, au plafond…
Le « car cinéma » devrait faire des émules, d'autant que le format du DVD est déjà particulièrement apprécié en France : on estime aujourd'hui que 53 % des foyers disposent d'un lecteur DVD. Ceux qui souhaitent s'équiper peuvent acheter des kits complets comprenant un lecteur avec écran rabattable, casques audio et branchement sur l'allume cigare.
Leurs prix sont encore élevés mais devraient, avec la démocratisation du système, aller decrescendo. D'autant que les fournisseurs de ces kits ont du souci à se faire, à l'heure où les constructeurs commencent à proposer ce type d'équipement en option dans leurs véhicules (comme la Zafira, chez Opel : voir sa présentation, sur le site institutionnel d'Opel : h ttp://www.opel.com/corporate/6/62.html ).
Qu'attend-on d'Internet en voiture, finalement ?
Le téléphone en voiture, on connaît : le portable, le PC ou le PDA est connecté sans aucun branchement par liaison Bluetooth sur le système embarqué de la voiture. Deux clics sur mon écran de navigation et j'appelle la personne de mon choix grâce au répertoire qui s'affiche sur mon écran. Je parle dans l'habitacle, comme si mon correspondant était assis à côté de moi.
Et Internet dans tout ça ? Il y a quelques années, l'on nous annonçait des voitures du futur connectées au réseau des réseaux : l'ère de la voiture communicante nous permettrait d'envoyer des courriers électroniques, de surfer… Sauf qu'il aurait été bon, à l'époque, de demander leur avis aux utilisateurs.
Le besoin d'Internet en voiture n'a pas été bien compris, au départ. Les automobilistes ne rêvent pas franchement d'envoyer des courriers électroniques depuis leur voiture. Une enquête du Benchmark Group publiée en février 2004 révèle que seuls 6 % des personnes sondées sont intéressées par cette fonctionnalité. Et 3 % seulement apprécieraient de surfer sur le web en voiture.
En revanche, ils sont 64 % à être intéressés par la définition d'itinéraires et l'information trafic. Le deuxième poste de réponse est constitué par les « adresses utiles », à 18 %. Encore appelées les « Points of Interest » (POI), cette fonctionnalité permet de rester informer sur la proximité d'un restaurant, d'un parking, d'un supermarché, etc.
L'on peut aussi imaginer qu'un jour nous puissions télécharger automatiquement des informations touristiques à l'entrée d'une ville ou d'un village, et pourquoi pas écouter un fichier audio sur l'histoire de la région…
Voir la page consacrée à G-book, la technologie d'Internet embarqué proposée par Toyota :
http://www.gizmohighway.com/autos/toyota-g-book.htm
Avec le temps, il est quasi certain que viendra le jour où les constructeurs automobiles équiperont en série leurs voitures avec des équipements TV, DVD, Internet, etc. La démocratisation n'est pas loin, et c'est certainement la grande tendance du loisir en voiture. Il ne faut plus attendre d'applications inimaginables, mais seulement laisser le temps à la démocratisation de celles qui ont été rêvées il y a de cela quelques années.
 

La Nissan Chappo, le rêve de la voiture ludique selon Nissan.