Cette 14ème édition des Rencontres cinématographiques de Beaune aura été placée sous les auspices de la lutte contre le piratage des films. Fournisseurs d’accès Internet (FAI) et professionnels...

Cette 14ème édition des Rencontres cinématographiques de Beaune aura été placée sous les auspices de la lutte contre le piratage des films. Fournisseurs d’accès Internet (FAI) et professionnels du cinéma s’y sont retrouvés et se sont concertés sur le problème du téléchargement illégal de contenus filmiques. Pointant du doigt les débits que les FAI offrent aujourd’hui aux internautes, les professionnels du cinéma ont mis en avant la responsabilité des fournisseurs face à la crise que traverse aujourd’hui l’industrie.

A l’occasion d’un débat organisé ce week-end et intitulé « Pour une nouvelle alliance entre les fournisseurs d’accès Internet et l’industrie cinématographique », les premiers ont pu se défendre des accusations des seconds. Selon les fournisseurs d’accès Internet, qui ont cité une récente étude, le téléchargement ne serait que le cinquième poste d’utilisation du haut débit…

L’industrie et les FAI sont tombés d’accord sur le fait que 40 % des internautes sont prêts à payer, s’il le faut, pour télécharger de la musique mais aussi des films. Si le téléchargement légal de musique s’est développé cette année, le cinéma est encore en reste.

Partant de ce constat, les FAI ont annoncé qu’ils se tenaient techniquement prêts à promouvoir une offre sécurisée, payante et légale de téléchargement de films sur Internet… Il ne faut pas oublier qu’eux ont un match important à jouer, puisqu’ils sont certains, dans le cas d’un développement des offres légales, de devoir diffuser les contenus des maisons de disque. Donc d’élargir leur gamme de service… et donc d’augmenter leurs ventes !

(Atelier groupe BNP Paribas - 25/10/2004)