A partir de 12 heures aujourd'hui, les habitants d'Ile-de-France connectés à Internet vont pouvoir acheter leurs produits alimentaires en ligne. Progressivement, ce service, une première en Europe, ...

A partir de 12 heures aujourd'hui, les habitants d'Ile-de-France connectés à Internet vont pouvoir acheter leurs produits alimentaires en ligne. Progressivement, ce service, une première en Europe, sera étendu aux métropoles françaises. Filiale des Galeries Lafayette, Télémarket livre déjà des boissons, de l'épicerie, des produits d'entretien et des produits frais à des particuliers ayant passé commande par Minitel, téléphone ou télécopie. Philippe Lemoine, vice-président des Galeries Lafayette et PDG de LaSer explique "l'expérience du Minitel a été précieuse pour Télémarket, mais Internet va être l'occasion de le développer car nous avons enfin entre les mains une technologie à vocation mondiale". Dès le départ, tout a été conçu (entrepôt, informatique, logistique, système de livraison) pour le commerce à distance. Atout supplémentaire, Télémarket compte déjà 20 000 clients actifs dont 2 à 3 000 l'utilisent comme magasin principal. Désormais, elle peut partir à la conquête des actifs "stressés", cible que tous pressentent énorme. 250 000 foyers en région parisienne sont déjà équipés d'un micro-ordinateur connecté à Internet. En y ajoutant les terminaux de bureau, le marché potentiel s'élève à 5 ou 600 000 consommateurs. Le marché actuel aux Etats-Unis du commerce électronique alimentaire s'élève à 200 000 personnes et devrait atteindre en 2007, de 15 à 20 millions pour un chiffre d'affaires de 520 milliards de F. Ce même marché est estimé en France à 80 milliards de F à moyen terme. Internet devrait représenter dans dix ou quinze ans 15 % du marché de l'alimentaire. (Les Echos - 09/03/1998)