sur l'Internet. Présent sur le web depuis 1998, Télémarket, contrôle par les Galeries Lafayette depuis 1989, veut ainsi développer d'une manière significative la part des achats réalisés en ligne...

sur l'Internet. Présent sur le web depuis 1998, Télémarket, contrôle par les Galeries Lafayette depuis 1989, veut ainsi développer d'une manière significative la part des achats réalisés en ligne sur son site http://www.telemarket.fr Ce dernier générait fin 1999, 6 % du chiffre d'affaires mensuel global, contre 20 % pour le MInitel, 10 % la télécopie et 70 % le téléphone. Le site a d'ores et déjà réalisé plus de 15 % du total des ventes en février 2000. Outre une meilleure ergonomie, le site propose plusieurs nouveautés, dont deux majeures. Tout d'abord, les prix de près de 1 000 produits sur les 2 400 proposés ont baissé de 12 % en moyenne. Ils sont ainsi désormais à peine plus cher que ceux constatés dans les grandes surfaces de la région parisienne (entre 1 à 3 %). Par ailleurs, un nouvel entrepôt entièrement automatisé de 12 000 m² a été ouvert à Pantin (Seine-Saint-Denis). Cet entrepôt, pouvant passer à 30 000 m², s'ajoute à celui d'Aubervilliers de 4 000 m². Désormais, Télémarket peut ainsi procéder à un maximum de 5 000 livraisons par jour, contre 1 000 précédemment, dans une zone où le supermarché à domicile compte déjà 100 000 clients (Paris, les départements de la petite couronne et une partie de ceux de la grande couronne). En 1999, Télémarket a réalisé un chiffre d'affaires de 140 millions de F et prévoit pour 2000 d'atteindre 230 millions. Depuis sa création, ce supermarché à domicile n'a jamais gagné d'argent. Sur chacun des deux derniers exercices, le déficit d'exploitation s'est limité entre 1 et 2 millions de F. Télémarket devrait élargir son offre à 6 000 produits d'ici à septembre prochain et étendre sa zone opérationnelle à l'ensemble de la France sur les articles pouvant être livrés par messagerie (livres, disques, etc.). (Christine Weissrock - Atelier Paribas 02/03/2000)