rémunère leurs auteurs. Fréderic Lepage rencontre en avril 1996 l'éditeur Michel Lafon afin de lui proposer de créer une collection de textes tirés d'Internet, baptisé "Lu sur Internet". En expliqua...

rémunère leurs auteurs. Fréderic Lepage rencontre en avril 1996 l'éditeur Michel Lafon afin de lui proposer de créer une collection de textes tirés d'Internet, baptisé "Lu sur Internet". En expliquant "en surfant sur le Net, je me suis aperçu que celui-ci engendrait une sorte d'exhibitionnisme littéraire, avec, à la clef, l'émergence de nouveaux auteurs, un gisement qui restait inexploité par le monde de l'édition", Frédérice Lepage, avec l'accord des ayants droits, propose donc de prélever certains de ces textes afin de les publier "le "cyberauteur" touche un pourcentage sur les ventes qui représente quelques milliers de F". Démarré en novembre dernier avec la publication de Journal d'un condamné à mort diffusé sur Internet par Dean Philip Carter dans l'attente de son exécution, "Lu sur Internet" a, au rythme d'un livre toutes les cinq semaines,publié depuis six autres ouvrages . Une équipe de cinq internautes sélectionne et rapatrie les textes. Une fois la phase d'exploration du Net achevée après avoir passé en revue un millier de textes pour n'en conserver qu'une petite centaine, vient la phase de contact avec les auteurs "Nous leur envoyons un courrier électronique type. Les américains, en général, sont assez surpris. Ils ne comprennent pas l'intérêt de prendre des textes sur Internet pour les mettre sur papier. Il faut leur expliquer que le public français est sous-équipé en modems, connaît mal Internet et que ces livres visent à lui donner un avant-goût ...". (Adresse du site : http://www.michel.lafon.fr) (Supplément Télé-Radio-Multimédia - Le Monde - 17/18/08/1997)