moins de 35 ans”. En présentant hier les comptes semestriels de son groupe, Patrick Le Lay, PDG de TF1 a annoncé son intention de créer une “deuxième chaîne généraliste numérique” destinée à un p...

moins de 35 ans”. En présentant hier les comptes semestriels de son groupe, Patrick Le Lay, PDG de TF1 a annoncé son intention de créer une “deuxième chaîne généraliste numérique” destinée à un public jeune “de 15 à 35 ans”. Avec 35 % de parts d’audience et 50 % de parts de marché publicitaire, le groupe entend multiplier les projets pour imposer sa marque sur “tous les supports numérique”. TF1 prépare l’éventuelle arrivée du numérique terrestre en France “nous demanderions alors un multiplexe qui permette la diffusion de six chaînes, pour diffuser, à côté de nos deux chaînes TF1, les chaînes d’info et de sport LCI et Eurosport, celle de documentaires Odysée et une chaîne jeunesse”. Toutefois, Patrick Le Lay se contenterait d’une diffusion par câble et satellite “moins coûteuse et moins contraignante”.

Selon TF1 “le numérique va connaître le même développement que la téléphonie mobile: TF1 doit donc développer, à côté de son métier principal de chaîne généraliste, des offres complémentaires et capitaliser sur sa marque”. Son bouquet TPS (500 000 abonnés en septembre) devrait, selon Patrick Le Lay atteindre 700 000 abonnés fin 1998 “nous devrions compter 1,2 million d’abonnés pour 2001, ce qui nous permettrait d’atteindre à cette date le point mort”.

TF1 envisage par ailleurs de s’allier en Italie à la RAI et Telecom Italia aux côts de Murdoch dans un deuxième projet de plate-forme numérique, concurrent du bouquet Telepiu. Tout en rappelant qu’avec 3,6 milliards de F de capitaux propres “TF1 n’envisageait pas de diversification internationale d’envergure”, Patrick Le Lay précise “c’est la RAI qui souhaite notre soutien”.

A côté de “TF1 Bis”, le groupe veut, à partir de “thèmes forts” décliner de nouvelles chaînes tout en misant également sur son concept baptisé “hyper TV” “à terme, les programmes particulièrement les films, mais aussi l’information, seront consommés sur n’importe quel support, au choix horaire de l’abonné”. Aux côtés de France Télécom, TF1 a donc investi 10 % dans “World on line”, une société néerlandaise d’accès à Internet pour “apprendre et développer ensuite son propre site, le plus large possible”. (Les Echos - La Tribune - Libération - Le Figaro - 23/09/1998)