En utilisant le réseau de microblogging, il est possible de voir une variation de l'humeur en fonction de l'heure, du jour et de la saison. Des caractéristiques qui permettraient de mieux cibler des envois publicitaires ?

Sur Twitter, l'humeur répond à des heures fixes

Twitter a déjà fait ses preuves pour identifier l'état d'esprit d'une population. Il l'est tout autant pour montrer que, quel que soit le pays et la culture, de grandes similarités peuvent être observées au niveau de l'humeur des individus. Scott A. Golder et Michael W. Macy, du département de l’université de Cornell se sont ainsi penchés sur plus de 500 millions de tweets, mis en ligne par environ 2,4 millions d'utilisateurs du site de microblogging originaires du monde entier. L’analyse a consisté à établir le ton de chacune des publications (joyeuse, triste, colérique, morne…), et à les classer en fonction de la date et l’heure où celles-ci ont été mise en ligne.

L'humeur suit un rythme bien précis

Or, au vu des résultats de l’étude, il semble que quel que soit le pays ou la classe de population étudiée, les caractéristiques soient les mêmes en fonction du moment où le tweet est effectué. Premier constat: les utilisateurs sont plus réceptifs, plus joyeux peu après le réveil, et le soir après 18 heures. Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, cette tendance se retrouve également durant les week-ends. Les horaires de début et de fin de travail ne sont donc pas à l'origine du phénomène. Toutefois, il est intéressant de noter qu'en moyenne, l'humeur est meilleure au cours du week-end. Enfin, la saison, et plus précisément la longueur des jours possède également un impact certain sur l'humeur.

Une opportunité pour les entreprises de mieux cibler leurs consommateurs

Sans surprise, l'hiver période où les journées sont les plus courtes,  constitue la période la moins favorable aux expressions de gaieté. Pour les entreprises, cette étude est intéressante dans le sens où elle met en évidence l'existence de périodes de joie, et donc de réceptivité. Une personne joyeuse sera en effet bien plus réceptive à une publicité reçue via Internet qu'une personne au moral touché. Aux entreprises d'agir pour adapter leurs actions publicitaires, afin de les rendre les mieux adaptées possibles aux rythmes biologique de leurs clients.