Récemment, une petite société Techni-Terra (trois personnes), un bureau d'études utilisant la simulation numérique et toutes les technologies de l'image de synthèse s'est installée à Valenciennes re...

Récemment, une petite société Techni-Terra (trois personnes), un bureau d'études utilisant la simulation numérique et toutes les technologies de l'image de synthèse s'est installée à Valenciennes rejoignant ansi Supinfocom et l'Usine à Images. Dès 1988, pariant sur l'image numérique, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Valenciennes crée Supinfocom, une formation supérieure. Comme aucune structure n'existait en France, la CCI lance cette école au cursus de quatre ans avec diplôme consulaire en deux spécialisations : le multimédia avec conception et réalisation de CD-Rom et l'infographie avec fabrication d'images de synthèse en trois dimensions. Les étudiants de dernière année sont assurés pratiquement de trouver un emploi. Que ce soit dans les entreprises de conception de jeux vidéo, de fabrication d'effets spéciaux, ou encore dans la production de série télé en deux et trois dimensions, les applications en infographie sont multiples. Installée à Valenciennes depuis septembre 1995, spécialisée dans la production industrielle d'images en deux ou trois dimensions ou dans les effets spéciaux en images de synthèse, l'Usine à Images a pour actionnaire principal Belgavox, société belge de production des actualités cinématographiques reconvertie récemment dans les nouvelles technologies. Ayant programmé 35 millions de F d'investissements sur trois ans, l'Usine à Images va prochainement emménager dans un bâtiment qu'elle fait construire sur les Tertiales à Valenciennes. Avec 8 personnes au départ en 1995, son effectif passera à la fin de l'année à 70 pour atteindre au total 80 l'année prochaine. Fabriquant une centaine de milliers d'images de synthèse par jour, cette société fait des dessins animés pour les éditions belges Dupuis, fabrique des série télé en trois dimensions pour une filiale de Canal +, Médialab. Selon le direction de l'Usine à Images, Michel Roosens "plus Valenciennes développera cette image de marque dans le numérique, plus nous prendrons de la crédibilité". Une entreprise canadienne spécialisée dans le multimédia, Gong, a du reste récemment fait part de son intention de s'installer à Valenciennes. Longtemps dominée par la sidérurgie et la métallurgie, Valenciennes se prépare ainsi une belle reconversion. (Les Echos - 01/08/1997)