Une première radioscopie du commerce électronique en France vient d'être réalisée par le magazine Internet Professionnel et l'institut Médiangles. Chaque année, ils remettront à jour une étude de ré...

Une première radioscopie du commerce électronique en France vient d'être réalisée par le magazine Internet Professionnel et l'institut Médiangles. Chaque année, ils remettront à jour une étude de référence sur le marché français du commerce électronique. D'ores et déjà, l'Europe recense 1 800 sites commerciaux générant 96 millions de dollars environ (600 millions de F). L'Allemagne arrive en tête avec 73 millions de dollars, suivie par la Grande-Bretagne (9 millions de dollars) et loin derrière, classée en quinzième position sur les 45 pays analysés, par la France (4 millions). Pour 2001, Datamonitor table sur un total mondial de 3 milliards de dollars dont 416 millions (2,5 milliards de F) pour la France. L'achat de produits informatiques ou de loisirs et de culture est plébiscité par une immense majorité d'acheteurs au détriment des autres produits de consommation. D'après l'Observatoire du commerce électronique Internet Professionnel/Médiangles, le panier moyen du "cyberconsommateur" français s'élève à 470 F, allant de moins de 250 F à plus de 2 000 F. Le recours au commerce électronique est avant tout le fait des entreprises. La majorité des consommateurs potentiels se trouve surtout dans la population active. Cependant, ni le niveau des revenus, ni les catégories socioprofessionnelles ne sont des critères explicatifs. On constate même que les revenus supérieurs à 300 000 F achètent davantage de produits peu onéreux, mais en grande quantité. Les revenus plus modestes (120 000 F/an) s'orientent en revanche vers des produits supérieurs à 2 000 F. Bien qu'encore faible, le nombre de femmes présentes sur Internet ne cesse d'augmenter. Les montants de leurs achats sont inférieurs à 250 F pour 46 %, et supérieurs à 2 000 F pour 34 %. Le marché étant encore trop jeune, ces tendances doivent être manipulées avec précaution. Cette première étude a été réalisée en mai dernier par sondage téléphonique auprès de 5 350 personnes âgées de 15 ans et plus et par interrogation "en ligne" de 4 050 utilisateurs d'Internet. (Dossier de cinq pages - 01 Informatique - 24/10/1997)