En 2005, les ventes mondiales de musique (tous canaux confondus) ont enregistré une baisse de 3 % selon l'IFPI (Fédération internationale de l'industrie phonographique) pour un chiffre d'affaires...

En 2005, les ventes mondiales de musique (tous canaux confondus) ont enregistré une baisse de 3 % selon l'IFPI (Fédération internationale de l'industrie phonographique) pour un chiffre d'affaires atteignant les 21 milliards de dollars (17,4 milliards d'euros). Les ventes de musique en ligne, malgré leur croissance, ne compensent pas encore totalement la baisse des ventes physique de musique.
 
Le téléchargement légal via des plateformes de type iTunes Music Store ou Virgin Mega, a triplé en 2005. Le chiffre d'affaires des ventes de musique en ligne s'élève à 1,1 milliard de dollars alors qu'il n'était que de 400 millions de dollars l'année précédente. Aujourd'hui, il représente 5 % des ventes totales de musique.
 
A ce sujet, rappelons les résultats d'une étude menée par le cabinet Forrester qui estime que les téléchargements légaux représenteront 36 % de l'ensemble du marché musical européen à l'horizon 2011, soit 45 milliards d'euros de ventes environ.
 
Les ventes de CD ont vu leur chiffre d'affaires baisser de 6,7 % alors que le nombre d'unités vendues a chuté de 8 %. On peut imputer cette baisse au piratage, à la baisse du prix de vente des œuvres sur support physique et à la concurrence des autres secteurs du divertissement.
 
"Il est encourageant de constater que les marchés où les ventes numériques sont les plus importantes sont aussi globalement ceux qui se portent le mieux", explique John Kennedy, président de l'IFPI. "Au Japon, le numérique a déjà compensé la baisse des ventes physiques et d'autres marché devraient faire de même".
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 03/04/2006)