semestre 2000, 2 % du marché européen. Selon une étude réalisée par GfK, les ventes générées en Europe par les «Click & Mortars» progressent au 1er semestre 2000 de 167 % et celles des «Pure e-re...

semestre 2000, 2 % du marché européen. Selon une étude réalisée par GfK, les ventes générées en Europe par les «Click & Mortars» progressent au 1er semestre 2000 de 167 % et celles des «Pure e-retailer de 71 %. Les prix pratiqués par les «Click & Mortars» sont équivalents à ceux des points de vente, tandis que les «Pure e-retailers» proposent généralement une offre moins chère. Les produits micro-informatique représentent 64 % des ventes de hardware en hausse de 70 %. Les produits de l’électronique grand public, avec une croissance de 367 %, atteignent déjà la part qu’ils représentent dans les circuits classiques du commerce, soit 27 % des ventes totales du hardware. Bien que sa part soit encore faible, le marché de la photo enregistre une progression de 239 %. L’ensemble des ventes de hardware sur le web a doublé par rapport à la même période de l’an passé. GfK met en évidence le développement des sites «Clicks & Mortars» au détriment des «Pure e-retailers», notamment pour les ventes de l’électronique grand public. Ils génèrent en effet près de 80 % des ventes sur le web, contre 70 % pour les jeux vidéos, 65 % pour la photo, 56 % pour la téléphonie et 35 % seulement pour la micro-informatique. Les ventes sur le web des produits «software» ont été multipliées par 2,8 par rapport au 1er semestre 1999. 5 % des ventes totales de software sont déjà réalisées sur le web, contre 2 % seulement sur le hardware. Avec 55 % des ventes, les «Pure e-retailers restent prédominants sur le sofware, mais l’écart avec les «Click & Mortars» devrait se combler rapidement. Ces derniers ont en effet multiplié leurs ventes par 3,5, contre 2,3 pour les «Pure e-retailers». Avec 2,2 % des ventes de biens techniques, l’Allemagne demeure le premier marché, suivie par le Royaume-Uni (2 %) et la France (1 % seulement, inférieur à la moyenne européenne de 1,7 %). (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 14/11/2000)