Une nouvelle web TV pointe son nez. Baptisée VeohTV, elle propose de regarder - légalement et en streaming - des milliers de vidéo en provenance de sites différents...

Une nouvelle web TV pointe son nez. Baptisée VeohTV, elle propose de regarder - légalement et en streaming - des milliers de vidéo en provenance de sites différents. 
 
Le site de vidéo en ligne américain Veoh poursuit sur sa lancée et offre désormais VeohTV, un media center encore en version bêta privée permettant de visionner les vidéos sur Internet en provenance de milliers de sites, et ce, sans obtenir forcément leur accord. Ainsi, il sera possible de regarder des contenus en provenance de réseaux de télévision et de plates-formes de partage comme ABC, CBS, YouTube ou encore Google. A la manière d'un flux RSS, les vidéos ne seront disponibles qu'en streaming.
 
En recherche d'une abondance de partenariats
 
"Le lecteur ressemble à un navigateur qui affiche du texte... sauf que celui-ci cherche et affiche des vidéos", détaille Dmitry Shapiro, directeur de la société, à nos confrères de Ratiatum. Pour éviter de subir les mêmes attaques que les plates-formes de partage de vidéos comme YouTube, la société cherche actuellement à signer des partenariats avec des ayants droit. A noter que la plate-forme, qui a levé récemment 26 millions de dollars, bénéficie d'un soutien de choc. Michael Eisner, l'ancien patron de Walt Disney, a en effet injecté plusieurs millions de dollars dans cette société.
 
Une recherche par mots-clefs
 
VeohTV proposera aux internautes de rechercher un programme grâce à un petit guide ou par mots-clés. Le site retiendra également les contenus favoris des utilisateurs pour leur proposer des programmes sélectionnés. Pour le site, ce système pourrait être une alternative à la web TV Joost, qui propose de profiter de nombreuses vidéos via le peer-to-peer. "Au contraire de Joost, qui est un système fermé avec des contenus en provenance d'un nombre limité de sources, VeohTV propose des standards ouverts, et a virtuellement accès à tous les contenus vidéos présents sur Internet", souligne Dmitry Shapiro.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 21/06/2007)