Si les plates-formes de visionnage et d'échange de vidéo sont devenues populaires, celles qui proposent de la vidéo à la demande restent, malgré leur nombre...

Si les plates-formes de visionnage et d'échange de vidéo sont devenues populaires, celles qui proposent de la vidéo à la demande restent, malgré leur nombre grandissant, relativement confidentielles. Une enquête menée par le nouvel observatoire de la VOD instauré par l'institut CSA et les Nouveaux Paysages Français (NPA) le confirme : seuls 18% des Français déclaraient, en août, connaître le terme "VOD". Et connaître ne veut pas dire consommer...
 
Sur les 1010 personnes interrogées, seules 8% affirment savoir en quoi consiste la VOD. En terme d'usage, le bilan est encore plus maigre: 1% seulement annonce avoir déjà eu recours à ce service. Même pour les Français avertis, la notion reste floue. En effet, si 82% associent à juste titre la VOD à la légalité et 81% à l'aspect payant, 32% pensent qu'il s'agit d'un acte d'achat et 58%  un acte de location. Ils ne sont que 2% à savoir que la VOD peut combiner les deux. Enfin, la confusion reste forte entre VOD, pay per view (acheter un film au moment de sa diffusion) et peer to peer (téléchargement... souvent illégal).
 
Qu'est ce qui explique cette méconnaissance d'un service pourtant proposé par 25 plates-formes en France? La majorité des interrogés au courant de l'existence de la VOD est catégorique : le manque d'information, le prix, le contenu des catalogues, les contraintes techniques et la peur de l'illégalité contribuent à leur désintérêt.
 
Ceux qui utilisent le service se montrent néanmoins plus positifs et mettent en avant la liberté de visionnage, le confort de location et la modernité de ces nouveaux contenus. De plus, les chiffres ne sont pas catastrophiques : au début de l'été, NPA annonçait 2 millions d'actes d'achats, en partie dus au succès de CanalPlay, le service VOD intégré au bouquet Freebox TV de Free. Et des petits nouveaux ne cessent de débarquer sur le secteur. Dernier en date, France Télévisions. Cette multiplication des offres créera t-elle de nouveaux adeptes?
 

 
(Atelier groupe BNP Paribas – 29/09/2006)