Videopath, solution de vidéo enrichie, permet aux responsables marketing d’ajouter à leurs vidéos du contenu et des informations additionnels à destination de leurs consommateurs, le tout pour susciter plus d’engagement envers la marque.

Videopath, réinvente la communication entre marketeurs et consommateurs

Selon eMarketer, plus de 12,8 milliards de dollars seront dépensés en vidéos publicitaires aux Etats-Unis en 2018 contre 5,9 milliards en 2014. On reconnaît déjà que la vidéo permet de faciliter la compréhension d’un produit ou d’un service d’environ 74% et plus d'une personne sur 2 ayant regardé une vidéo promotionnelle avec attention aurait l'intention de procéder ensuite à l’achat. Ainsi, la vidéo, puissant allié des marketeurs, se placera au centre des interactions entre les marques et leurs clients.

Dépenses en vidéos publicitaires aux US

Dépenses en vidéos publicitaires aux Etats-Unis d'ici 2018. 

Videopath, start-up berlinoise présente au Startup Europe Summit les 12 et 13 février derniers à Berlin, l'a très bien compris. Elle développe une solution de vidéo enrichie qui se démarque de ses concurrents à l'image de Youtube, WireWAX ou encore Plinkers, par une expérience simplifiée pour les utilisateurs – éditeurs comme destinataires de la vidéo- et une interface unique qui s’apparente à un player discret, afin de naviguer instantanément à travers le contenu ajouté à la vidéo. « Nous souhaitons promouvoir une communication optimale entre les responsables marketing et les consommateurs », explique Anna Rose, fondatrice et dirigeante de Videopath.

SES BERLIN 2015

           Le Startup Europe Summit s'est déroulé le 12 et 13 février 2015 à la Factory Berlin. 

Un player indépendant de Youtube

Comment s'utilise l'outil concrètement ? Directement sur la plate-forme Videopath, il suffit de charger l'URL d'une vidéo dont on possède les droits puis grâce à des fonctionnalités faciles à utiliser, on peut ajouter tout le contenu dont on souhaite agrémenter la vidéo (du texte, des images, la page d'un autre site internet ou vers d'autres vidéos). « En 10 minutes à peine, on peut réussir à transformer une vidéo brève en une véritable expérience consommateur unifiée », commente Anna. Une fois les éléments ajoutés, le marketeur dispose alors soit d'une ligne de code à intégrer sur le site internet de la marque soit d'un lien à partager sur les réseaux sociaux par email. A noter donc, que le player Videopath, n'est pas un outil intégré à youtube.com. « Nous existons entre les solutions d'hébergement type Youtube, Vimeo ou Wistia et le site internet des marques », précise Anna. La solution fonctionne aussi sur mobile où l’on peut visionner les éléments ajoutés directement sur le player sans être obligé d’ouvrir une nouvelle page dans le navigateur. Videopath fonctionne avec un abonnement mensuel. Toutefois, la start-up propose également un système tarifaire adapté aux exigences des services marketing dont le travail est rythmé par le lancement de campagnes.

                                     Vidéo de démonstration de l'outil Videopath. 

Les services financiers sont également visés

La beauté, le bien-être, les fournitures de maison, ou encore l'automobile et le voyage sont les secteurs porteurs pour les solutions de vidéos enrichies. Et pas seulement dans un but de pousser la croissance de l'e-commerce. Les marketeurs viennent chercher « plus de conversion mais aussi plus d'engagement » explique Anna. Or l’interface Videopath offre des clés pour « garder le consommateur concentré sur le contenu ». Plus généralement, tout produit ou service qui demande des explications poussées, constitue le sujet parfait d'un projet Videopath dans la mesure où le créateur peut intégrer des documents additionnels et renvoyer à des sources d'information plus approfondies tout en gardant une vidéo de courte durée. Ainsi, Anna voit également dans les services financiers une autre grande opportunité de marché. Si des start-ups ont déjà rejoint l'aventure Videopath, attendons-nous à retrouver le player sur le site de grandes marques d'ici les mois à venir.

Rédigé par Pauline Canteneur