Redynamiser le marché de la musique, participer au développement de la VoD (vidéo à la demande), telles sont les ambitions du deuxième disquaire français. Profitant du vote plus qu'opportun du...

Redynamiser le marché de la musique, participer au développement de la VoD (vidéo à la demande), telles sont les ambitions du deuxième disquaire français. Profitant du vote plus qu'opportun du DADVSI, Virgin a officiellement annoncé les axes d'une stratégie renouvelée combinant vidéo et musique.
 
En plus de sa plateforme de vente de musique numérique, Virgin a annoncé le lancement de distribution de vidéos. "Cela nous fournira des opportunités uniques de commercialisation croisées entre la musique et la vidéo", déclare Laurent Fiscal, directeur général de virginmega.fr.
 
Virgin pourrait proposer l'achat de vidéos mais aussi la location, entrant directement en concurrence avec les plateformes déjà existantes comme celle de Canal Play, le service de Canal +. L'entreprise pourrait ainsi bénéficier de sa notoriété en tant que disquaire pour s'imposer sur le marché très prometteur de la VoD.
 
Virgin dit vouloir s'aligner sur les prix de la concurrence. Cependant, ces prix sont réglementés. Après de longues discussions, le prix unitaire des films proposés en VOD a été fixé à quatre euros pour les nouveautés et trois euros pour les films du catalogue selon Marie-Christine Levet, présidente de l'Association des Fournisseurs d'Accès (AFA). Virgin pourrait commercialiser ses nouveautés à 4,99 euros contre 3,99 euros pour un film de catalogue.
 
Virgin a également annoncé les résultats de sa plateforme de téléchargement pour l'année 2005. En 2005, son chiffre d'affaires a atteint 3 millions d'euros alors qu'il était de 750 000 euros un an plus tôt, soit une augmentation de 400 %. Ces résultats le placent en deuxième position sur le marché français derrière l'iTunes Music Store.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 22/03/2006)