La virtualité est désormais partout et la plupart des secteurs industriels consomment des images numériques. Il est même parfois impossible au profane de distinguer le naturel de l’artificiel, tant ...

La virtualité est désormais partout et la plupart des secteurs industriels consomment des images numériques. Il est même parfois impossible au profane de distinguer le naturel de l’artificiel, tant le niveau de qualité est excellent. Comme le résume un spécialiste “les images numériques d’aujourd’hui sont d’autant plus belles qu’on ne les distingue plus des autres”. Selon le rapport du sénateur Huriet “l’image informatique offre un champ de représentation infini. Tout ce qui est numérisable ou modélisable peut donner lieu à une représentation graphique”. La plupart des micro-ordinateurs haut de gamme d’aujourd’hui peuvent numériser et transformer des images. De nombreux logiciels de traitement peu onéreux sont désormais disponibles. une cinquantaine d’entreprises allemandes vont participer à un programme national de R&D sur la réalité virtuelle de 100 millions de marks, financé pour partie par des fonds publics. L’ordinateur vient à l’aide des chirurgiens en renforçant la précision et la sûreté du geste. On assiste aux premiers pas de la médecine à distance. Pour concevoir leurs modèles, les bureaux d’études des constructeurs automobiles font désormais appel aux maquettes électroniques. Les coûts sont ainsi réduits et la qualité améliorée. La Peugeot 206, la dernière née de PSA Peugeot Citroën a été conçue en grande partie grâce à une maquette numérique. Outil précieux pour les urbanistes, les paysages numériques permettent de simuler sur écran. Les industriels du textile-habillement travaillent différemment grâce à la création de vêtements sur mesure sur le Web, le catalogue électronique d’échantillons, les défilés de mode virtuels. (Dossier de quatre pages - Les Echos - 09/09/1998)