Les voyagistes en ligne peuvent beaucoup mieux faire. Ils n'ont pas été particulièrement bien notés par le magazine Echo touristique qui a publié dans sa dernière édition hebdomadaire son banc...

Les voyagistes en ligne peuvent beaucoup mieux faire. Ils n'ont pas été particulièrement bien notés par le magazine Echo touristique qui a publié dans sa dernière édition hebdomadaire son banc d'essai des sites de voyage sur Internet. Globalement, les acteurs de l'e-voyage ont des progrès à faire, et ils sont encore loin de concurrencer les agences physiques traditionnelles.
Si, comme le rappelle le rédacteur en chef de l' Echo touristique Thierry Beaurepère les voyagistes en ligne enregistrent des taux de croissance soutenue, il leur reste désormais à "gagner le pari de la qualité et du service". Gagner des clics et vendre des voyages, des nuits d'hôtel, des billets d'avion... n'est pas tout ! Il faut aussi savoir répondre aux réclamations de clients de plus en plus nombreux et leur fournir plus de conseils.
Bien souvent, c'est dans ce domaine que les voyagistes en ligne pèchent par manque de sérieux. En ce qui concerne l'accessibilité et la navigation, les journalistes de l' Echo touristique ne notent pas trop mal les e-voyagistes (avec une mention spéciale pour les sites Internet de Lastminute et de Voyages-sncf pour l'accessibilité et pour les sites Expedia et Karavel pour l'efficacité).
Globalement, c'est le site Opodo qui obtient la meilleure note de ce banc d'essai : 11,2 sur 20. Il est le seul à atteindre la moyenne. Viennent ensuite Lastminute (9,5), Voyages-sncf et Selectour (8,5), Promovacances (8), Expedia (7,5), Thomas Cook (7), Go Voyages (6,5), Nouvelles Frontières (4) et Karavel (3,5).
 
 
Nous reviendrons sur  ce sujet dans le prochain "Atelier numérique", sur BFM.
(Atelier groupe BNP Paribas - 29/11/2004)