musicale. Tous les médias ont annoncé hier la prise de contrôle d'EMI par Time Warner. L'opération s'effectuera par échange d'actions d'EMI avec la filiale musicale de Time Warner. Ces deux soci...

musicale. Tous les médias ont annoncé hier la prise de contrôle d'EMI par Time Warner. L'opération s'effectuera par échange d'actions d'EMI avec la filiale musicale de Time Warner. Ces deux sociétés fusionneront au sein d'une nouvelle société, baptisée "Warner EMI Music", codétenue à 50 % par les actionnaires des deux groupes, avec maintien de deux entités cotées à Londres et à New York. Pour contrôler opérationnellellement cette nouvelle société, Time Warner versera une soulte en cash de 1,3 milliard de dollars (soit 1 livre par action) aux actionnaires d'EMI sous la forme d'un dividende spécial. A la fin de l'opération, Time Warner détiendra une participation de 8 % dans le capital d'EMI si le cours du groupe britannique se maintient pendant quinze jours à 9 livres au cours des trois prochaines années, avec la possibilité de monter à 30 %. Selon ses estimations, Warner EMI Music réalisera 32 % de son chiffre d'affaires sur le marché américain, 13 % au japon, 9 % au Royaume-Uni, 8 % en Allemagne et 6 % en France. Le catalogue de la nouvelle société comprend 2 500 artistes avec un volume de 2 000 albums par an et plus de 2 millions de copyrights. Gerald Levin, le patron de Time Warner a évoqué l'impact considérable d'Internet sur l'industrie musicale et le bénéfice potentiel des 20 millions d'abonnés d'AOL en termes de distribution. Selon Ken Berry, le directeur général d'EMI Music, la distribution de musique sur Internet devrait représenter d'ici à trois ans un marché de 3,9 milliards de dollars. (Christine Weissrock - Atelier Paribas 26/01/2000)