Neuf Français sur dix font un passage par le Web avant de venir acheter en boutique, révèle une étude Mappy/BVA. Une proportion qui devrait finir de convaincre les commerçants de quartier de la nécessité d’une présence digitale active.

Le "Web-to-Store", le diptyque des commerçants de proximité

Non, l’aspect conseil et le relationnel ne sont pas ce que viennent chercher les consommateurs chez leur commerçant de quartier…. Du moins ces critères, crédités respectivement de 40 et 28% par les sondés, passent-ils après la possibilité de voir le produit (65%), le toucher et le sentir (46%) et d’en disposer immédiatement (50%) après l’achat.

Dans les prochaines années, un peu plus de la moitié des consommateurs  (55%)  se disent prêts à se passer tout bonnement des conseils apportés par les vendeurs spécialisés des commerces de proximité. Or, les commerçants croient quant à eux qu’ils ne seront qu’à peine un tiers à s’en passer…

Les résultats du 2ème baromètre Mappy/BVA sur le "Web-to-Store" viennent ainsi bousculer les idées des commerçants. Désormais, plus de neuf Français sur dix effectuent une recherche sur Internet avant d’acheter un produit en commerce de proximité (ils étaient 78 des sondés il y a un an). Les commerçants pensent de leur côté que cette pratique ne représente que 14% des sondés… C’est dire le fossé qui le sépare du consommateur…Et encore ne parlons pas des 97% des sondés se renseignent et n’achètent qu’en ligne.

 

D’après le baromètre, les commerçants interrogés ne sont que 46% à avoir un site Internet. Plus leur engagement dans le digital grandit, moins ils sont nombreux. Et pour 78% d’entre eux, l’investissement numérique ne dépasse pas la moitié de leur budget.

L’appétence au "Web-to-Store" varie néanmoins selon les produits recherchés. L’électronique et l’électroménager, par exemple appartiennent à la famille de produits pour lesquels le consommateur glane ses informations d’abord sur la Toile. Le consommateur privilégiera plutôt les conseils pris directement en magasin pour l’alimentaire, ou les chaussures et justifient le "Brick & Mortar".

 

"Le magasin a bien sa place au cœur du parcours client" souligne l’étude. Mais ce postulat ne doit faire passer le commerçant à côté du digital. Ce doit dernier doit vraiment penser "multicanal" de façon à exister sur le parcours d’achat du consommateur et stimuler le trafic sur son point de vente.

 

 

 
Rédigé par Virginie de Kerautem
Journaliste